Actualités

Accueil > Actualités
Trier par date de publication : croissante | décroissante
Trier par date de publication : |
ACTU VÉLO
19ème Édition des Journées Nationales des Voies Vertes - Inscrivez votre événement !
Chaque année, l'Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes - AF3V - fédère les Journées Nationales des Voies Vertes. Cette 19ème édition des JNVV s'inscrit à nouveau dans le cadre de la Semaine Européenne de la Mobilité qui a lieu du 16 au 22 septembre 2020. Cette semaine a pour objectif d'inciter le plus grand nombre de personnes à adopter une démarche éco-citoyenne pérenne en privilégiant les déplacements doux et alternatifs à la voiture particulière : transports publics, covoiturage, autopartage, vélo, marche...La Semaine de la mobilité, aussi inscrite à la Mobility week au niveau européen, décline son édition 2020 sous le thème : "Mobilité Zéro-émission pour tous !" Oyez, Oyez Associations et Collectivités ! Nous vous invitons à organiser une manifestation pour promouvoir les voies vertes de votre territoire. Les manifestations auront lieu de préférence le week-end du 19 et 20 septembre 2020, mais il est également possible de retenir une date différente, notamment les w-e des 12-13 ou des 26-27 septembre, pour tenir compte de contraintes locales. Votre événement peut aussi être conjugué avec les journées du patrimoine ! Votre manifestation peut prendre plusieurs formes : inauguration d'un aménagement, d'une voie verte,engagement de travaux ("première pierre ou premier coup de pioche"),randonnée découverte tout public, associée éventuellement à la découverte du patrimoine ou de produits locaux,réunion d'information ou de présentation d'un projet, avec visite de terrain éventuellement,manifestation festive, culturelle ou sportive... Toute animation permettant de créer un "évènement" autour d'une voie verte, existante ou "en devenir". Vous pouvez également proposer d'autres actions durant la semaine de la mobilité pour promouvoir d'autres déplacements quotidiens ou utilitaires, avec les scolaires, pour aller au travail, ou encore pour faire ses achats (50% des déplacements font moins de 3 km !). Votre manifestation peut éventuellement se coupler avec les Journées Européennes du Patrimoine ayant pour thème cette année "Patrimoine et éducation". ATTENTION : Pour la promotion et le recensement de toutes les manifestations, nous vous invitons à inscrire votre manifestation sur le site de l'AF3V, sur cette page : Valorisation le réseau - Inscrire un événement Inscrire un événementaux journées nationales des voies vertes Liste des événements 2020
Sophie POUILLY | le 21/07/2020
ACTU VÉLO
Région PACA : Transdev expérimente l’intermodalité entre bus et vélo
RAMDAM et l'une de ses associations membres, l'Aprovel, délégation régionale de l'AF3V, sont heureux de vous informer qu'à compter du mardi 2 Juin, la Métropole Aix-Marseille-Provence a décidé d'ouvrir le service vélos, installé dans les lignes 1 (Miramas – Istres – Fos-sur-Mer - Port-Saint-Louis-du-Rhône) et 2 (Martigues – Port-de-Bouc – Fos-sur-Mer – Port-Saint-Louis-du-Rhône ). 8 cars sont équipés pour le transport des vélos. Pour RAMDAM qui avait porté la demande de cette expérimentation et était associée aux concertations, ce service doit être communiqué largement aux cyclistes et notamment via les sites visités par les utilisateurs potentiels. Grâce à ce service, ces derniers pourront rejoindre les gares TER d'Istres, Fos-sur-Mer, Port-de-Bouc ou Martigues situées sur la ligne Marseille – Miramas par la Côte Bleue mais aussi la gare de Miramas située sur un nœud de réseau ferroviaire et desservie par les trains en provenance du sud-ouest et de Marseille, Avignon, Arles, Lyon et Paris. Ce service pourra bénéficier : aux cyclistes locaux pour des déplacements domicile-travail (Zone d'emplois de Fos – Etang de Berre), ou pour des déplacements de loisirs (parcours aller à vélo sur la voie verte / retour en transports collectifs ou inversement)aux utilisateurs de ViaRhôna, véloroute dont l'une des extrémités est Port-Saint-Louis-du-Rhône, ville non desservie par le train.aux cyclistes en provenance d'Arles ou des Saintes-Maries-de-la-Mer, souhaitant poursuivre leur randonnée à l'est de Port-Saint-Louis-du-Rhône en évitant la traversée sans aménagements cyclables de la Zone Industrielle. Dans l'immédiat, il n'est possible de communiquer autrement que par les 2 fiches horaires avec picto vélo (liens ci-dessous). Les clients seront informés par SMS, et à bord des véhicules (notice et mode d'emploi). La communication d'annonce et les relations presse démarreront début juillet et nous pourront alors vous transmettre, toute information avec liens utiles pour une communication plus complète. Nous souhaitons que ce service rencontre un franc succès dès le mois de juin. Sa pérennisation dépendra de l'utilisation que les cyclistes en feront et des résultats de son l'évaluation. Alain MICHEL pour RAMDAM et l'AF3V L’expérimentation conduite, du printemps 2020 au printemps 2021, avec un bilan d’étape 6 mois après le démarrage de l’opération, se déroule sur deux lignes du réseau Ulysse / La Métropole Mobilité, exploitées par le groupe TRANSDEV : Ligne 1 : Port-Saint-Louis-du-Rhône/Fos-sur-Mer/Istres/Miramas.Ligne 2 : Port-Saint-Louis-du-Rhône/Fos-sur-Mer/Port-de-Bouc/Martigues. À propos de RAMDAMLes 7 associations (environ 3 000 adhérents) qui agissent en faveur de l’usage du vélo et des modes alternatifs à la voiture des pays d’Aix-en-Provence, d’Aubagne, de Marseille, de l’Ouest - Etang de Berre, de La Ciotat et de Salon ont décidé, en 2016, de se fédérer et de créer l’association RAMDAM pour être l’interlocuteur de la Métropole qui a la compétence transport et mobilité.Ces associations « se bougent les mollets et les méninges » pour que la Métropole Aix-Marseille-Provence prenne en compte les besoins, les propositions et les attentes des cyclistes et autres pratiquants de modes de déplacements alternatifs au sein de cette grande Métropole.Actuellement, le réseau associatif de RAMDAM est impliqué dans la mise en œuvre et le suivi des 15 actions du plan vélo métropolitain.
Sophie POUILLY | le 21/07/2020
ACTU VÉLO
Le Mont-Saint-Michel autorisé aux cyclistes !
Vélocité Avranches, association a toujours défendu un accès total et permanent au Mont-Saint-Michel à vélo, accès partiellement entravé par les arrêtés municipaux en vigueur. L'AF3V a soutenu l'association dans ses démarches de revendication et pétition pour que l'accès au Mont-Saint-Michel soit autorisé aux cyclistes dans son intégralité. La récente crise sanitaire a montré la force de notre véhicule préféré et l’engouement que toutes & tous peuvent avoir pour le vélo. Vous, associations et passionné(e)s, avez concrétisé, ces dernières semaines, ces solutions que le vélo nous apporte dans les moments difficiles. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de vous annoncer que suite à un nouvel appel de Vélocité, la circulation des vélos est autorisée pour cet été jusqu’au Mont-Saint-Michel. Finies, les restrictions d’horaire, finies, les restrictions d’espace : nous pouvons désormais accéder au Mont à toute heure, y compris par la route. Une fois sur place, des stationnements temporaires nous attendront à notre gauche, dans l’avant-cour des Fanils. Afin que vos déplacements se déroulent le mieux possible, nous recommandons aux cyclistes de ne pas gêner les piétons sur le platelage en bois et de n’emprunter ce trottoir qu’à pied. Sur la chaussée, attendez le passage d’une navette pour prendre le temps de rouler en toute quiétude sur la passerelle. Lorsqu’une navette est à l’arrêt, patientez derrière. Bonne route à toutes et à tous ! photo Nicolas Thomas - Lamanchelibre.fr
Sophie POUILLY | le 15/07/2020
ACTU VÉLO
Vélo expresS : Lancement du déploiement national
Au-delà de son potentiel touristique, le réseau des véloroutes et voies vertes (VVV) apparait, en périphérie des métropoles, comme un facilitateur d’intermodalité vectrice d’équité et de solidarité. L’AF3V qui agit au quotidien pour la réalisation et l’amélioration de ce réseau s’investit sur ces questions de mobilité inclusive et lance cette année son projet national Vélo expresS en partenariat avec les acteurs localement implantés dans les territoires.   En France, la capacité à se déplacer n’est pas garantie pour tous : environ 7 millions de personnes rencontrent encore des difficultés dans leur mobilité quotidienne. Les raisons sont multiples mais la dépendance à l’automobile est un facteur déterminant notamment en zones rurales et périurbaines. Et le tout-voiture pose un problème de taille pour les populations les plus précaires : le budget (permis de conduire, assurance, entretien, carburant…). Ainsi près d’un demandeur d’emploi sur 4 est amené à refuser une formation ou un travail par manque de moyen de déplacement selon l’étude Elabe « Laboratoire de la Mobilité inclusive : Mobilité et emploi » réalisée en 2017 pour le Laboratoire de la mobilité inclusive.   Pour répondre à ces fractures sociale et territoriale et permettre un désenclavement des périphéries, l’AF3V encourage, par le projet Vélo expresS, une modification durable des comportements de mobilité en promouvant l’usage du vélo dans les déplacements quotidiens grâce au réseau des VVV. Vélo expresS c’est avant tout un dispositif d’accompagnement permettant de renforcer les capacités individuelles à se déplacer par des formations de remise en selle ou de découverte du vélo. Initié en 2018 dans le département de l’Essonne en partenariat avec l’association Essonne Mobilités, le projet se développe en 2020 sur le territoire national grâce notamment au soutien de la Fondation Macif et la Fondation SNCF. Aussi deux nouvelles associations entrent dans le dispositif cette année : le Collectif Cycliste 37 basé à Tours et la Maison du Vélo Lyon. Vélo expresS à Tours : projet coup de coeur de la Fondation SNCF Grâce au soutien de la Fondation SNCF, Vélo expresS sera prochainement porté par le Collectif Cycliste 37 et s’implantera à Tours et sa périphérie. Riche de sa vélo-école et située entre plusieurs VVV, l’association collaborera avec l’AF3V pour accueillir et accompagner des femmes et des hommes privés de mobilité et en quête de solutions concrètes, économiques et écologiques pour accéder aux emplois, aux formations, aux commerces ou aux services.
Sophie POUILLY | le 15/07/2020
ACTU VÉLO
Inauguration de la Flow Vélo
Sandrine Derville, vice–présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge du tourisme, participera à l’inauguration de la Flow Vélo, ce 9 juillet 2020, à Salignac-sur-Charente (sous les halles).Aujourd’hui, la Région Nouvelle-Aquitaine est la 1ère région ciblée par les Français pour le tourisme à vélo. Un Français sur trois identifie la Nouvelle-Aquitaine pour des prochaines vacances à vélo. Elle est également la première destination européenne pour les tours opérateurs vélo avec plus de 500 offres d’itinéraires. Le marché du tourisme à vélo est en plein développement et la Nouvelle-Aquitaine, avec l’ensemble des départements qui la composent, dispose d’un potentiel permettant de répondre à ces aspirations. C’est forte de ces atouts que les élus régionaux ont adopté, en mai dernier, un Schéma Régional des Véloroutes, qui définit, en lien avec les collectivités locales, le maillage de l’infrastructure et le plan d’actions associé pour promouvoir les destinations cyclables de Nouvelle-Aquitaine. Anciennement nommée V92, la Flow Vélo, est une véloroute longue de 290 km, qui relie Thiviers en Dordogne à l’île d’Aix en Charente-Maritime. Après une incursion dans le Parc Naturel Régional du Périgord Limousin, elle rejoint Angoulême et propose aux cyclotouristes de découvrir les richesses patrimoniales, fluviales, maritimes, gastronomiques et viticoles des villes et territoires-phares de Cognac, Saintes, Rochefort et Angoulême. La Région Nouvelle-Aquitaine a réalisé plusieurs accompagnements financiers en soutien à l’amélioration de l’infrastructure de la Flow Vélo avec au total un accompagnement de près de 700 000 euros entre 2018 et 2019. Par ailleurs, la collectivité est partenaire de l’itinéraire et participe au comité d’itinéraire à hauteur de 10 000 euros par an sur la période 2019 / 2020. Contact presse :Rachid Belhadj 05 57 57 02 75 / presse@nouvelle-aquitaine.fr
Sophie POUILLY | le 09/07/2020
ACTU VÉLO
En France et en Europe, il faut huit emplacements vélos dans tous les trains !
Les jours qui viennent seront décisifs pour le couple train et vélo tant au niveau européen qu’au niveau national. En novembre 2018, dans le cadre de la révision du règlement des droits des voyageurs ferroviaires, le Parlement européen a voté à une large majorité la création huit places pour les vélos non démontés dans tous les trains neufs et rénovés.Ce qui est remarquable, c’est que ce texte ne conditionne pas son application à des considérations de sécurité ou autres contraintes techniques qui ne sont souvent que des échappatoires. En 2007, un texte reconnaissant le droit des cyclistes à voyager en train avec leur vélo avait déjà été voté par le parlement européen mais il était accompagné de considérations qui permettaient aux compagnies ferroviaires de s’en exonérer. Ce qu’elles ont souvent fait et pas seulement en France. Un vote du Parlement européen ne suffit pas. Pour être applicable, le texte doit être négocié avec le Conseil européen (les gouvernements). C’est ce qu’on appelle le trilogue car la Commission européenne s’invite au jeu pour rapprocher les deux parties et aboutir à un texte commun. Car sans accord, le texte est mis à la poubelle, ce qui arrive rarement. Retardé par le confinement le trilogue a repris récemment. La présidence croate souhaiterait un accord d’ici la fin de son mandat (fin juin) repris au second semestre par l’Allemagne. Certains États sont favorables à ce nouveau droit pour les cyclistes (l’Autriche, le Luxembourg) mais pas la France. Double jeu : pour le vélo à Paris, contre à Bruxelles ? L’engagement du gouvernement français en faveur du vélo, notamment Elisabeth Borne, va aussi être testé au niveau national. Les efforts des organisations de promotion du vélo pour introduire la création de huit places vélos non démontés dans les trains en France dans la loi d’orientation des mobilités (LOM) ont permis le vote d’un texte qui stipule que « les matériels neufs et rénovés affectés à la réalisation des services ferroviaires de transport de voyageurs… à l’exception des services urbains, prévoient des emplacements destinés au transport de vélos non démontés ». Mais l’application est renvoyée à un décret qui définira « le nombre minimal d’emplacements à prévoir en fonction des matériels concernés et des services auxquels ils sont affectés. » Il précise les exceptions dérogeant à cette obligation générale ainsi que les conditions de sa mise en œuvre. Nous y sommes. Le projet de décret a été envoyé à la  FUB avec qui nous avons travaillé pour le modifier dans le sens attendu par les cyclistes. La FNAUT, la FUB, FNE, l'AF3V, les amis de la Nature, CyclotransEurope ont écrit à Elisabeth Borne pour lui signifier que les huit emplacements vélos dans chaque train étaient non négociables. Autre initiative, la coalition des organisations de promotion du vélo (FNAUT, FUB, AF3V, FNE, Amis de la Nature, Vélorution , CycloTransEurope , MDB-IDF, et bien d’autres) ont aussi écrit une lettre commune à Jean-Pierre Farrandou, président de la SNCF, pour demander à le rencontrer et renouer une concertation régulière. Enfin, la prochaine Vélorution manifestera dans la bonne humeur pour huit emplacements vélos dans les trains. CycloTransEurope en sera. Une action aura lieu devant une gare.Venez nombreux : samedi 4 juillet à 14 h place de la Bastille. Communiqué CycloTransEurope, délégation départementale AF3V pour Paris et délégation d'itinéraire EuroVelo 3
Sophie POUILLY | le 23/06/2020
ACTU VÉLO
EuroVelo 3 - La Scandibérique : des cyclistes balisent le tronçon oublié en Seine-et-Marne
La Seine et Marne ne jalonne pas l’EV3, CycloTransEurope et l'AU5V le font ! Les deux associations, délégations départementales et d'itinéraires EV3 de l'AF3V, ont mené une opération de jalonnement de la Scandibérique dans la plaine de France lundi 1er juin 2020. Une première équipe est partie de Sevran (Seine-St-Denis) et une seconde de Ver-Sur-Launette (Oise). Elles se sont rejointes à Villeneuve-sous-Dammartin. Sur une trentaine de kilomètres, elles ont tracé à la peinture sur la chaussée des repères représentant le logo de l’EuroVelo 3. En effet, malgré des demandes répétées depuis des années, le département de Seine-et-Marne n’a toujours pas jalonné ce parcours. Les visiteurs lointains (venus de France et des pays proches) comme les isariens et les franciliens se perdent régulièrement dans le secteur faute d’indication. Certains se retrouvent, parfois avec des enfants, sur des routes dangereuses. En menant cette action, CycloTransEurope et l’Association des Usagers du Vélo des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l’Oise (AU5V) poursuivaient deux objectifs : offrir un itinéraire continu aux cyclistes. Après des semaines de confinement, on a tous envie de plein air, de liberté, de retrouvailles avec la nature. Cet itinéraire sera une première réponse dans l’urgence du moment.mobiliser le département de Seine-et-Marne et les communes du parcours pour investir dans l’aménagement de la Scandibérique. Mais il ne suffira pas d’un simple jalonnement. Il faut aménager les chemins ruraux disponibles, sécuriser les routes. Il faut investir dans une infrastructure cyclable et piétonne. Le département de Seine-et-Marne ne doit plus être à la traîne dès qu’il s’agit de développer le vélo et doit s’en donner les moyens. Nous allons demander à le rencontrer afin d’agir ensemble pour rattraper le temps perdu. Lire l'article du Parisien Pour visionner le reportage de France3-Hauts-de-France
Sophie POUILLY | le 08/06/2020
ACTU VÉLO
Les voies vertes au service du RER Vélo : levons les obstacles...
Fin janvier, le collectif Vélo Ile-de-France présentait au public et aux aménageurs son projet de « RER V ». Ce réseau de 9 pistes cyclables connectées entre elles, continues et sécurisées a été imaginé pour remédier au morcellement de l’offre actuelle, et pour encourager les franciliens à se mettre davantage « en selle » au quotidien. Zoom sur les différents obstacles à lever pour que les véloroutes et les voies vertes existantes puissent être mises efficacement au service de ce beau projet ! Le collectif Vélo Ile-de-France rassemble 33 associations, regroupées pour peser plus efficacement sur les politiques publiques consacrées au vélo. Ensemble, elles défendent aujourd’hui un projet enthousiasmant : le RER Vélo. Présenté en janvier, le premier niveau de ce réseau compterait 9 pistes cyclables connectées entre elles, sécurisées et continues, s’étirant sur 650 km. Pour un coût estimé à 500 millions d’euros, il permettrait de desservir tout le territoire. L’investissement représente à peine 2% du budget du Grand Paris Express. En levant de nombreux freins liés à la sécurité et au manque de continuité des aménagements actuels, il contribuerait fortement au développement de l’usage du vélo du quotidien. C’est aussi une des principales vocations de l’AF3V, qui soutient le projet. Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France est prête à financer 50% des travaux soit 250 millions d’euros pour cofinancer les neuf premières lignes du RER V. RER Vélo : des fondations à consolider Le tracé de ce projet repose sur 45% d’équipements cyclables existants, dont de nombreuses voies vertes1. C’est là que pour l’instant, le bât blesse. Pour Benoît Carrouée, coordinateur du projet RERV niveau 2 pour l’Essonne, « le réseau de véloroutes voies vertes dans la région est dans un état catastrophique, il y a énormément à faire pour le rendre adapté à un usage quotidien ». Vieillissant et conçu initialement pour les loisirs, le réseau de VVV en Ile-de-France a besoin d’une sérieuse mise aux normes sur trois points : La largeur des voies vertes (2m50) est insuffisante pour permettre la bonne cohabitation entre piétons et cyclistes recherchée pour le RER Vélo. Si un élargissement des voies pourrait suffire en grande couronne, une séparation des flux d’usagers est à envisager à proximité de Paris.Les revêtements actuels des véloroutes voies vertes sont majoritairement réalisés en sable stabilisé. Ils vieillissent mal, ralentissent les utilisateurs et sont souvent très salissants, donc totalement inadaptés à un usage quotidien.La circulation sur les voies vertes actuelles est entravée par la présence de multiples barrières. Installées initialement pour empêcher le passage des deux roues motorisées, elles ont pour inconvénient de gêner également le passage… des vélos ! Élargissement des voies, séparation des piétons et des cyclistes dans les zones de forte fréquentation, remplacement progressif des revêtements au bénéfice de l’enrobé et suppression des barrières anti-deux roues… C’est à ce prix, et seulement à ce prix, que le RER Vélo pourra reposer sur une ossature solide et adaptée à l’objectif : transformer durablement les modes de déplacement quotidiens des franciliens au bénéfice du vélo. 1 Quelques précisions : La voie verte est une route exclusivement réservée aux piétons et aux cyclistes, donc interdite aux véhicules à moteur. Dans le code de la route elle diffère de la piste cyclable qui elle, est réservée aux vélos et généralement située sur l’accotement d’une route. Enfin, les aires piétonnes donnent priorité aux piétons. Les cyclistes y sont admis mais doivent rouler au pas.
Sophie POUILLY | le 28/05/2020
    articles de 1 à 10     
Recevez toutes nos actualités et événements

AF3V

L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.

Contact

info@af3v.org

03 44 60 11 63

Copyright Ⓒ 2020 - Tous les droits sont réservés AF3V