Actualités

Accueil > Actualités
Trier par date de publication : croissante | décroissante
Trier par date de publication : |
ACTU VÉLO
Les voies vertes au service du RER Vélo : levons les obstacles...
Fin janvier, le collectif Vélo Ile-de-France présentait au public et aux aménageurs son projet de « RER V ». Ce réseau de 9 pistes cyclables connectées entre elles, continues et sécurisées a été imaginé pour remédier au morcellement de l’offre actuelle, et pour encourager les franciliens à se mettre davantage « en selle » au quotidien. Zoom sur les différents obstacles à lever pour que les Véloroutes Voies Vertes existantes puissent être mises efficacement au service de ce beau projet ! Le collectif Vélo Ile-de-France rassemble 33 associations, regroupées pour peser plus efficacement sur les politiques publiques consacrées au vélo. Ensemble, elles défendent aujourd’hui un projet enthousiasmant : le RER Vélo. Présenté en janvier, le premier niveau de ce réseau compterait 9 pistes cyclables connectées entre elles, sécurisées et continues, s’étirant sur 650 km. Pour un coût estimé à 500 millions d’euros, il permettrait de desservir tout le territoire. L’investissement représente à peine 2% du budget du Grand Paris Express. En levant de nombreux freins liés à la sécurité et au manque de continuité des aménagements actuels, il contribuerait fortement au développement de l’usage du vélo du quotidien. C’est aussi une des principales vocations de l’AF3V, qui soutient le projet. Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France est prête à financer 50% des travaux soit 250 millions d’euros pour cofinancer les neuf premières lignes du RER V. RER Vélo : des fondations à consolider Le tracé de ce projet repose sur 45% d’équipements cyclables existants, dont de nombreuses voies vertes1. C’est là que pour l’instant, le bât blesse. Pour Benoît Carrouée, coordinateur du projet RERV niveau 2 pour l’Essonne, « le réseau de véloroutes voies vertes dans la région est dans un état catastrophique, il y a énormément à faire pour le rendre adapté à un usage quotidien ». Vieillissant et conçu initialement pour les loisirs, le réseau de VVV en Ile-de-France a besoin d’une sérieuse mise aux normes sur trois points : La largeur des voies vertes (2m50) est insuffisante pour permettre la bonne cohabitation entre piétons et cyclistes recherchée pour le RER Vélo. Si un élargissement des voies pourrait suffire en grande couronne, une séparation des flux d’usagers est à envisager à proximité de Paris.Les revêtements actuels des véloroutes voies vertes sont majoritairement réalisés en sable stabilisé. Ils vieillissent mal, ralentissent les utilisateurs et sont souvent très salissants, donc totalement inadaptés à un usage quotidien.La circulation sur les voies vertes actuelles est entravée par la présence de multiples barrières. Installées initialement pour empêcher le passage des deux roues motorisées, elles ont pour inconvénient de gêner également le passage… des vélos ! Élargissement des voies, séparation des piétons et des cyclistes dans les zones de forte fréquentation, remplacement progressif des revêtements au bénéfice de l’enrobé et suppression des barrières anti-deux roues… C’est à ce prix, et seulement à ce prix, que le RER Vélo pourra reposer sur une ossature solide et adaptée à l’objectif : transformer durablement les modes de déplacement quotidiens des franciliens au bénéfice du vélo. 1 Quelques précisions : La voie verte est une route exclusivement réservée aux piétons et aux cyclistes, donc interdite aux véhicules à moteur. Dans le code de la route elle diffère de la piste cyclable qui elle, est réservée aux vélos et généralement située sur l’accotement d’une route. Enfin, les aires piétonnes donnent priorité aux piétons. Les cyclistes y sont admis mais doivent rouler au pas. RER Vélo niveau 2, c’est pour bientôt ! Le RER Vélo dans son épure initiale, c’est un projet de réseau encore très tourné vers Paris qui compte beaucoup trop peu de voies transversales. Regrettable en particulier pour la grande couronne, dont l’offre actuelle est par endroits importante mais toujours morcelée, « en confettis » et presque inexistante d’une ville à l’autre. Le collectif Vélo Ile de France s’est également saisi du sujet et travaille actuellement au développement d’un RER Vélo niveau 2. Ce projet complémentaire sera centré sur la grande couronne et ses besoins spécifiques. Il devrait être dévoilé à la fin avril.
Sophie POUILLY | le 28/05/2020
AMÉNAGEMENT
Cap sur les Véloroutes et Voies Vertes de Normandie !
Seine à vélo, Vélomaritime, Vélo Francette, Véloscénie, Avenue Verte Londres-Paris… La région Normandie regorge d’attraits vélo-touristiques. Présentation privilégiée avec André-Pierre Hodierne, délégué régional de l’AF3V, référent cartographie du territoire. Avant de pédaler, André-Pierre a usé quelques paires de chaussures sur les GR français, en s’imaginant lors de sa retraite, rejoindre la Fédération Française de Randonnée Pédestre. En 2004, pour célébrer ses 50 ans, il parcourt le mythique chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle pendant deux mois. A son retour, des amis lui proposent de participer à un voyage à vélo. « J’achète alors un tandem pour partir avec ma femme Sylvie aux côtés de 5 autres couples équipés avec la même monture ». Le groupe rejoint Vienne en Autriche dans la bonne humeur, et le couple découvre le plaisir de l’itinérance : « Pour assouvir nos envies de petites escapades avec des temps dédiés à la découverte du territoire, nous avons débuté par le canal du Midi puis le Tour de Bourgogne pour progressivement sortir de nos frontières ». En 2009, André-Pierre fait la surprise à Sylvie de l’emmener voir sa cousine installée à Stockholm à vélo ! Un voyage au long cours, avec la toile de tente dans les sacoches… Un premier cyclo-tour mais certainement pas le dernier ! En parallèle, dans les années 90, André-Pierre rejoint Les Dérailleurs de Caen. Une association, affiliée à la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB), découverte lors du marquage de ses vélos en Bicycode sur un événement local. D’abord simple adhérent, il s’investit rapidement dans le bureau et devient également délégué départemental de l’AF3V (Association Française des Véloroutes et Voies Vertes). Lorsque la Basse et Haute Normandie fusionnent, il endosse le rôle de délégué régional : « J’ai à cœur de tenir à jour la cartographie de notre territoire ! » affirme le jeune retraité qui précise « vouloir partager les tracés les plus précis possibles ». Focus sur les Véloroutes et Voies Vertes de Normandie Le Schéma Régional de Normandie recense 2 705 km de Véloroutes et Voies Vertes (VVV) réalisées à 70 %. « Notre destination offre une variété de paysages. La façade maritime attire, et pour cause, de nombreux visiteurs. La Seine à vélo pourrait d’ailleurs devenir la plus belle balade le long d’un fleuve avec son impressionnante richesse, autour notamment de l’architecture, des abbayes, le tout teinté du mouvement impressionniste ! ». La Seine à Vélo (V33), un tracé de 430 km de Paris au Havre dont l’inauguration est programmée en juin 2020. « Si l’on ajoute la branche sud Jumièges-Honfleur-Deauville, ce sont 511 km comptabilisés dont environ 350 km en Normandie ».  Actuellement, il est possible de suivre les rives du fleuve en Seine-Maritime. En attendant les aménagements finaux le long de la Seine, des sections provisoires sont en place même si elles ne garantissent pas la même qualité d’infrastructures que des tronçons définitifs. En Seine-Maritime, l'itinéraire est aménagé et jalonné sur pistes cyclables et petites routes de Rouen au Havre. « Piste cyclable, chemin de halage le long de la Seine offrent une magnifique balade. A terme, différentes variantes sur les rives seront en place ». Notons que le linéaire existe dans ce département mais qu’en amont de Rouen, l’itinéraire emprunte la zone industrielle, mal entretenu à ce jour. En aval, des voies vertes et voies partagées cohabitent mais l’arrivée au Havre se fait également par la partie industrielle, moins agréable. « Cela reste un itinéraire de liaison ». Côté Eure : Des voies vertes plus qualitatives sont envisagées pour l’avenir mais à présent, nous en sommes au stade de l’enquête publique ». L'itinéraire jongle sur les deux rives de la Seine où des bacs gratuits permettent la traversée du fleuve. « Celles-ci font partie du charme du cyclotourisme dont il faut profiter ! A Mesnil-sous-Jumièges, la route au milieu des grands arbres fruitiers en fleurs est splendide. L’abbaye de Jumièges, une ruine pleine d’histoire, mérite un arrêt ! ». En arrivant sur l'estuaire, deux options s’offrent aux cyclistes : l'une vers Honfleur, Deauville où la gare facilite le retour vers la capitale, l'autre vers Le Havre. Délégué de la Vélomaritime (EV4 en France), André-Pierre évoque ensuite cet itinéraire de près de 1 500 km, qui relie Roscoff en Bretagne à Bray-Dunes (frontière belge) dans les Hauts-de-France. 92,6 % sont réalisés à ce jour, l'objectif de 100 % étant fixé à 2021. « En Normandie, la Vélomaritime représente 800 km passant notamment par les plages du Débarquement, Honfleur, le Havre une ville de reconstruction à parcourir avec intérêt. Sur la côte, le pays des hautes falaises vous séduira à coup sûr ! ».Attention toutefois aux chaînons manquants dans le Calvados : « Certains tronçons n’existent pas actuellement. Des comités pilotage se penchent sur les aménagements ».Point noir : le passage particulièrement délicat du pont de Normandie, fermé aux piétons et cyclistes en cas de forts vents. « Avec une largeur de moins de 80 cm pour la piste cyclable, de forts vents latéraux, il est dangereux de cohabiter avec des véhicules, notamment des camions, lancés à 90 km/h. Je le déconseille notamment aux familles. Des alternatives sont en cours de réflexion : navette maritime, traversée en bus, réorganisation des voies cyclables, piétons et véhicules, itinéraire bis avec passage par le bac… Un dossier complexe à suivre. A ne pas manquer également : la Vélo Francette (V43) : 630 km de Ouistreham à La Rochelle, dont 150 en Normandie. « L’une des plus belles véloroutes de France à découvrir, avec notamment la voie verte de la Suisse Normande entre Caen et Clécy : 40 km superbes ! ». Après les plages du Débarquement, l’itinéraire rejoint le chemin de halage de la Mayenne, la vallée de la Loire entre Angers et Saumur, la vallée du Thouet, puis traverse le Marais Poitevin et rejoint « La Porte océane » par le canal de Marans à la Rochelle. Parmi les autres itinéraires phares traversant la région : La Véloscénie (V40), 450 km entre Paris et le célèbre Mont-Saint-Michel pour s’immerger dans l'Histoire de France. Entre pistes aménagées, voies vertes, petites routes balisées et chemins forestiers, ce parcours vélo vous emmène au cœur de la vallée de Chevreuse, du Perche et du bocage Normand.Certains passages s’avèrent sportif du fait du dénivelé et des voies partagées. De Domfront à Pontaubault, l’ancienne voie de chemin de fer devenue voie verte peut être monotone. L'Avenue Verte Londres-Paris (V16) : 470 km dont 125 en Normandie, pour rejoindre deux capitales mythiques. Entre deux ambiances urbaines, c'est une véritable immersion dans la campagne ! « Une voie partagée entre Gisors et Forges-Les-Eaux, sur des petites routes pas toujours très bien balisées. Entre Forges et Dieppe, la voie est irréprochable sur cette ancienne voie ferrée transformée en Voie Verte, qui offre de très bonnes conditions pour rouler avec un enrobé très confortable ». Cyclistes et rollers se croisent sur celui-ci, échangeant sur la qualité de surface lisse et rugueuse… Des animations sur les Véloroutes et Voies Vertes Chaque année, deux grands temps forts sont proposés autour des VVV par l’association Dérailleurs. Le premier au printemps : « Une randonnée de 7 à 9 jours vers une destination nouvelle, avec hébergements en dur au fil des étapes ». La 6ème édition proposée en mai 2020 affiche déjà complet pour la Manche et la Bretagne ! Autre rendez-vous imaginé dans le cadre de la fête du vélo « Osez voyager à vélo ! ». Le concept ? Démystifier l’expédition, lors d’une soirée à la maison du vélo à Caen, et encourager les participants à partir à tout âge, sans être de grands sportifs. Les précédentes éditions autour de la VéloFrancette, du voyage avec des enfants, du voyage le long des fleuves, du randonneur au cyclonaute ont permis d’échanger et de jolis partages d’expériences ! Pour conclure, rappelons qu’avant de partir, chacun est encouragé à se renseigner précisément auprès des professionnels et voyageurs sur les itinéraires afin de vérifier que son profil et ses attentes soient en adéquation avec les voies. « Parfois certains endroits peuvent être particuliers à emprunter, des aménagements sont encore en cours sur certains axes, en considérant le relief et les zones protégées ». Pour aller plus loin… AF3V Normandie : https://www.facebook.com/af3vnormandie/ S’informer et adhérer à l’AF3V
Sophie POUILLY | le 12/04/2020
EN RÉGION
Cap sur les Véloroutes et Voies Vertes de PACA !
En 2002, lorsque son ami lui propose de relancer l’association APROVEL (Association de PRO motion du VELo) affiliée à la FUB, Alain alors « simple touriste à vélo » est loin d’imaginer devenir le « Monsieur Véloroutes et Voies Vertes » du territoire. Après avoir rejoint l’AF3V (Association Française pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes) en 2005 en tant que délégué départemental des Bouches-du-Rhône, il initie en 2011 le poste de délégué régional de l’AF3V SUD, après avoir roulé sa bosse sur les routes de la région en tant que cycliste convaincu de l’attrait du secteur. Les missions des délégations régionales de l’AF3V Sa casquette l’amène aujourd’hui à coordonner les actions avec les départements des Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Hautes-Alpes, Var et Vaucluse. En contact régulier avec les diverses instances régionales telles que le Conseil Régional ou la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement), Alain Michel est également le référent français de l’EuroVelo 8. En tant que délégué régional, il assure donc un rôle de lobbying, de sensibilisation et d’information auprès des instances départementales et régionales afin d’inciter celles-ci à s’engager ou à faciliter, notamment financièrement, la réalisation d’itinéraires Véloroutes et Voies Vertes inscrits au SRV (Schéma Régional des Véloroutes). Focus sur les véloroutes et voies vertes de Provence-Alpes-Côte d’Azur « Notre territoire regorge de richesses ! Il y a tellement de belles choses à faire, observer, découvrir dans notre région, en profitant de températures clémentes permettant de pédaler sur une saison étendue entre mai et octobre ! ». Parmi les véloroutes et voies vertes incontournables du Sud de la France, citons La Méditerranée à vélo - EuroVelo 8, la ViaRhôna - EuroVelo 17 et la Via Venaissia. EV8, Méditerranée à Vélo La Méditerranée à Vélo est la partie française de l’EuroVelo 8 qui totalisera 5 888 km du Sud de l’Espagne à Chypre en traversant 11 pays. En France, le parcours de 850 km est réalisé à 80 % environ entre Le Perthus et Menton. Le tracé de quelques sections est parfois provisoire, pour d'autres, il reste encore à définir. « Dans le Haut Var, entre Rians, Draguignan et Montauroux, profitez du tracé de l’ancienne voie ferrée offrant 130 km de splendides découvertes, entre villages perchés et patrimoine naturel où les vignes sont présentes ». EV17, ViaRhôna Des rives du lac Léman aux plages de la Méditerranée, en suivant le fleuve Rhône, les 815 km de la ViaRhôna offrent des panoramas variés au fil des régions traversées et valorise plus de 2 000 ans d’histoire et de richesses patrimoniales, alternant voies vertes sécurisées et voies partagées. « Dans le Sud, cet itinéraire permet par exemple de relier Fourques à Port-Saint-Louis-du-Rhône. Cette section de 55 km est réalisée à 90 % en voies vertes. L’itinéraire est composé de deux belles voies vertes au revêtement en enrobé lisse adapté aux rollers. Une première de 37 km entre Arles et le bac de Barcarin qui ne comporte que deux courtes sections sur voies partagées (en tout 2 km). La seconde de 7 km entre Port-Saint-Louis-du-Rhône et la plage Napoléon. A la limite de la Crau sèche et de la Camargue marécageuse, la ViaRhôna relie le centre-ville d’Arles à la Méditerranée en desservant le bac de Barcarin en traversée du Rhône (gratuit pour les cyclistes) offrant une porte d’entrée vers les itinéraires en Camargue. Une voie verte au revêtement stabilisé, relie Mas-Thibert à la réserve naturelle des Marais du Vigueirat (3 km) » explique enthousiaste Alain Michel. Des jonctions sont possibles vers Aigues-Mortes et Beaucaire par l'EV8 et EV17. Via Venaissia « La Via Venaissia est une véloroute de 14,7 km, reliant Carpentras à Sarrians, rencontre un succès phénoménal notamment auprès des familles avec enfants qui circulent par exemple avec leurs tricycles. Jalonnée et sécurisée, cette voie dispose d’un revêtement de qualité accessible aux rollers. Réalisée sur une emprise ferroviaire, elle débute à l’ancienne gare de Jonquières et s’achève à proximité du centre-ville de Carpentras au cœur du Comtat Venaissin, dont la voie verte tire son nom ». Le parcours offre de superbes vues sur les vignobles, la rivière Ouvèze et, au loin, sur les falaises des Dentelles de Montmirail et le Mont Ventoux. Cette voie verte constitue un axe de mobilité douce entre villes et villages pour tout public, en lien avec les gares SNCF de Carpentras et d’Orange et représente une alternative sécurisée à la D 950 très circulée. Plusieurs aires de repos ont été créées ainsi que des accès aux villages proches et leurs équipements. Plusieurs circuits et itinéraires vélo en Vaucluse peuvent être empruntés depuis cet itinéraire, notamment une connexion avec la ViaRhôna à Caderousse et à terme avec l’EV8. Des animations sur les véloroutes et voies vertes en Provence-Alpes-Côte d’Azur Balades, randonnées militantes, reconnaissances sur le terrain suivies de descriptifs et d’un travail cartographique, fourniture de photographies et tracés pour les cartes IGN TOP 100… L’AF3V SUD est également force de proposition auprès des collectivités : « Je participe aux réunions de concertation portant sur les itinéraires inscrits dans le SR3V tels que les comités d’itinéraire EV8 et EV17 ». L’équipe organise également, au fil des mois, des temps d’informations conviviaux à destination des cyclistes aguerris ou en herbe, professionnels, scolaires. « Chaque année en septembre-octobre, nous proposons les journées nationales des voies vertes. L’ambition est de faire découvrir un nouvel aménagement, de porter une demande ou d’encourager la valorisation d’aménagement sur certains axes le nécessitant dans un intérêt collectif ». A noter aussi dans l’agenda : Plus belle la voie, une randonnée militante qui s’adresse aux adhérents de l’AF3V. En 2019, la 8ème édition fut à nouveau un véritable succès ! Notre objectif est de créer un coup de projecteur sur un itinéraire peu connu du grand public et des élus ». Vous aussi vous pouvez devenir adhérent* En 2020, rendez-vous est donné du 6 au 13 juin 2020 sur l’itinéraire régional V862 entre Briançon et Avignon qui longe La Durance. Un tracé d’environ 400 km qui se superpose en partie à la Véloroute nationale V64 qui reliera Gap à Perthuis. L’AF3V SUD initie également, au gré des rencontres et demandes, des sorties permettant de mettre en valeur des itinéraires. « Nous avons notamment organisé en 2016 un voyage scolaire de 6 jours avec des collégiens. Un projet éducatif au fil de l’eau de 290 km sur la ViaRhôna ! ». Avant de conclure : « Dans le Sud, rien n’est trop beau pour le vélo ! Vous aussi : adhérez et soutenez nos actions pour un réseau de véloroutes et voies vertes qui collent à vos besoins ! ». Pour aller plus loin… www.lamediterraneeavelo.org www.veloloisirprovence.com Profitez des 75 km de jolies pistes de La littorale qui relient Nice à Saintes-Maries-de-la-Mer en passant par Toulon Observez la fréquentation des véloroutes et voies vertes : le compteur de Hyères-l'Ayguade figure en 4ème position dans le palmarès 2018 des compteurs les plus fréquentés situés en milieu péri-urbain avec une moyenne journalière de 704 passages par jour (Source: Velo&Territoires) Découvrez RANDAM, le réseau d’associations vélo de la Métropole Aix-Marseille agit pour encourager le développement des VVV sur le territoire Aix-Marseille-Provence S’informer et adhérer à l’AF3V Retrouvez les informations détaillées sur l’AF3V et l’AF3V SUD Provence-Alpes- Côte d’Azur sur : - www.af3v.org - Facebook - Twitter * Pour soutenir et adhérer à l’AF3V
Webmaster | le 22/02/2020
EN RÉGION
PLUS BELLE LA VOIE 2020 - du 6 au 13 juin 2020
Du samedi 6 au samedi 13 juin 2020, la délégation régionale AF3V Provence-Alpes-Côte d’Azur et l'association Mobil'idées (Gap), délégation AF3V pour le département des Hautes-Alpes organisent la 8ème édition de Plus Belle La Voie, randonnée militante VTT-VTC-Randonneuse, en cyclo-camping de 300 km environ, en sept étapes entre Briançon (Hautes-Alpes) et Avignon (Vaucluse). Nous partirons sur les traces de la véloroute n°862 – Val de Durance (V862), itinéraire inscrit dans le Schéma régional des véloroutes de la Région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur. Comme pour les éditions précédentes de Plus Belle La Voie, des rencontres avec les élus et les techniciens des collectivités traversées, sont prévues ainsi que diverses animations et manifestations médiatiques. Le programme et le règlement sont en cours d’élaboration. Une cartographie de l'itinéraire et de ses étapes sera prête fin janvier. Cette randonnée est ouverte aux membres de l’AF3V à jour de leur cotisation. Une priorité sera donnée à ceux qui s’inscrivent pour la totalité de la randonnée. Le nombre de participants sera limité. Les pré-inscriptions  seront prises au cours de la 1ère quinzaine de février 2020. Les inscriptions fermes se feront du 15 mars au 15 avril 2020. L’AF3V réservera les hébergements en camping (emplacements pour tentes) : prévoir le versement d’un acompte lors de l’inscription.L’AF3V ne se chargera pas des réservations d’hébergements « en dur » : ceux qui opteront pour cette formule devront s’occuper eux-mêmes de leur réservation mais devront informer l’organisateur de leur participation à chaque étape. Le départ est prévu à Briançon (camping à déterminer), le samedi 06 juin 2020, mais une arrivée sera possible la veille : des visites pourront être organisées le vendredi 5 juin dans l'après-midi. Le jour de l'arrivée à Avignon (samedi 13 juin), une vélorution est prévue à 14h., lors de notre passage sur le pont de Rognonas à quelques km du centre d'Avignon. Cette manifestation médiatisée sera organisée par le Collectif pour un franchissement vélo et piéton sécurisé de la Durance au niveau du pont de Rognonas, L'absence d'aménagements cyclables en franchissement de la Durance, constitue un verrou pour la mobilité active entre les deux rives de la Durance. En attendant vous pouvez déjà signer la pétition en ligne accessible : ici. Voir le reportage sur l'édition de Plus Belle La Voie en 2019 sur la V65
Webmaster | le 21/11/2019
EN RÉGION
PACA - Arles : Changement de braquet pour les véloroutes
Ils étaient une quarantaine à se lancer dans l'aventure. Au cours du mois de septembre, un groupe de cyclistes s'est retrouvé à Nice, sur la promenade des Anglais, pour démarrer une longue traversée de la région Sud à vélo. Objectif : "rejoindre les Saintes-Maries-de-la-mer", sourit Alain Michel, le délégué régional de l'Association d'utilisateurs des véloroutes et voies vertes (AF3V), qui était parmi eux. Bord de mer azuréen, puis varois, passage - "difficile" - au coeur de l'agglomération marseillaise et des sites industriels de Fos-sur-mer - "une zone très complexe à cause des multiples périmètres de sécurité" - avant de finir par une traversée de la Camargue, sur la digue à la mer... "Nous voulions faire un test grandeur nature, explique le bénévole, donner un coup de projecteur sur ce parcours qui longe le littoral et pousser les collectivités à accélérer l'aménagement de cette véloroute, la V65." Véloroute ? "Il s'agit d'itinéraires de longue distance, jalonnés et aménagés -sauf sur les routes à très faible trafic- pour les cyclistes", décrypte Alain Michel. Un schéma national a été tracé dès 1998. Des véloroutes existent même à l'échelle européenne, comme la ViaRhôna (EV17) et la Méditerranéenne à vélo (EV8), qui courent dans le Pays d'Arles. Ce territoire est également traversé par la V862 au nord, et la V65, en projet. Bandes cyclables ou voies réservées (en site propre), ces véloroutes ont tout d'abord été pensées pour un usage touristique, afin de renforcer l'attractivité des régions. "La France est le deuxième pays d'Europe qui attire le plus de cyclistes itinérants grâce à ses paysages magnifiques, estime Alain Michel. La manne touristique est considérable." Mais ces aménagements font aussi sens pour les habitants du territoire. "À titre d'exemple, il apparaît que 80 % des usagers de la ViaRhôna dans le Pays d'Arles n'habitent qu'à quelques kilomètres de cette véloroute", pointe ainsi le délégué régional d'AF3V. Les collectivités à la manoeuvre "C'est un réel levier pour développer l'activité touristique, mais cela représente aussi une alternative à la voiture pour des trajets du quotidien", confirme Aurélie Gabon, chef de projet au sein du Pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) du Pays d'Arles. "Développer le vélo est très pertinent sur notre territoire, plutôt plat et où il pleut rarement", note-t-elle. Les collectivités locales semblent l'avoir bien compris puisqu'il y a peu, deux intercommunalités du secteur, ACCM et Terre de Provence, ont répondu --avec succès-- à l'appel à projets "Vélo et territoires" lancé par l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie). "Nous allons pouvoir notamment établir un schéma directeur cyclable à l'échelle de l'agglo, en cours d'année prochaine, pour mieux mailler le territoire et bénéficier du Fonds mobilités actives, créé par l'Etat", détaille, du côté d'ACCM, le directeur général de l'aménagement et des services techniques, Alain Beaumont. "Les véloroutes sont l'un des maillons d'une chaîne de solutions pour trouver des alternatives à la voiture," complète Aurélie Gabon. "Le but est simple ! Il s'agit d'augmenter le nombre de cyclistes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et les encombrements sur les routes, ajoute Jérôme Cassagnes, chargé d'études en mobilité active au Cerema (voir interview ci-dessous). Il y a un enjeu de taille en terme de santé et d'environnement." De nombreux coups de pédale restent encore à donner pour boucler le schéma régional véloroutes, dont 65 % des 2 041 km est encore à réaliser. "Un comité d'itinéraire, réunissant les collectivités et les associations d'usagers, est en cours de mise en place pour faire avancer l'aménagement de la V65, indique Alain Michel. Il y a encore des problématiques de balisage, de passerelle, de revêtement..." Pour lui, le jeu en vaut la chandelle : "En France, cette véloroute est sans nul doute celle qui possède le plus de potentiel." Quatre véloroutes à travers le Pays d'Arles Le schéma national vélo compte 23 330 km, dont 68 % ouverts. Au sein de la Région Sud, le schéma (révisé en 2016) compte 9 véloroutes, dont 2 à l'échelle européenne. Le Pays d'Arles est traversé par 4 d'entre elles, aménagées par le Département, en charge de la gestion des routes : La ViaRhôna, (EV17, itinéraire européen) est entièrement jalonnée. En 2018 a été mis en service l'aménagement de 44 km reliant Arles à Port-Saint-Louis-du-Rhône. La Méditerranéenne à vélo (EV8, itinéraire européen) est entièrement jalonnée en France. Entre Tarascon et Saint-Etienne-du-Grès, 9 km seront aménagés d'ici 2021 pour 1,5 millions d'euros (M€). Entre Saint-Rémy-de-Provence et Plan-d'Orgon, 19 km aménagés d'ici 2021 pour 3,1 M€. La V862 "Val de Durance" n'est pas encore jalonnée. Entre Plan-d'Orgon et Barbentane, 22 km en site propre doivent être aménagés, pour un coût de 4,5 M€ d'ici à fin 2022. Une section de 2 km est programmée à Châteaurenard. La V65 "Azur Camargue" (nom provisoire) n'est pas encore jalonnée. L'itinéraire n'est pas encore arrêté. L'aménagement de la traversée de Salin-de-Giraud (700 m pour 550 000€) est en cours de réalisation. Des études sont en cours pour la suite de l'itinéraire en direction de la digue à la mer. La poursuite de l'aménagement reliant les Saintes-Maries-de-la-mer à Port-Dromar, soit 1,1 km pour 985 000 €, est annoncée pour 2021. "Ces investissements s'inscrivent dans la cadre du Schéma directeur vélo (SDV) du Département, adopté en 2016, et des engagements pris dans le cadre des Etats généraux de Provence, en 2016 également, ayant conduit à la mise en place d'un programme budgétaire de 40 M€ sur cinq ans", indique-t-on du côté du Conseil départemental. Plus de 10 M€ ont également été déployés par la Région depuis 2015. "Il y a un potentiel à développer dans le Pays d'Arles" Le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) est un établissement public de l'État créé en 2014 pour développer l'expertise publique en matière d'aménagement, de cohésion territoriale et de transition écologique et énergétique. Quels sont les principaux écueils au développement des véloroutes et à l'usage du vélo ? Ces itinéraires sont parfois complexes à aménager car ils traversent différentes collectivités qui doivent se coordonner entre elles. Il s'agit de permettre à un maximum de personnes de se déplacer à vélo et d'offrir un aménagement sécurisé pour les attirer vers cet autre mode de déplacement. Au-delà de la question de la distance, les principaux obstacles à l'usage du vélo se posent en terme de sécurité et de peur du vol. Des freins qui sont simples à lever. Avec plus de parking à vélos et plus de voies aménagées, le nombre d'usagers augmente clairement... Des investissements dont le coût est par ailleurs raisonnable. Il y a encore beaucoup de chemin à faire et leur développement relève des stratégies choisies par les collectivités. Quelle est l'action publique dans ce domaine ? Il y a clairement eu, durant longtemps, un manque de volonté politique. Mais les choses bougent sous la pression des usagers. Tout le monde souffre de la congestion des axes routiers. Ces aménagements sont un moyen d'agir. Depuis la loi NOTRe, la Région est l'autorité organisatrice de l'intégralité de la mobilité interurbaine. Une enveloppe financière importante est aujourd'hui consacrée sur ce sujet par la Région Sud. Sur des territoires périurbains, comme le Pays D'Arles, l'usage du vélo peut-il vraiment se développer ? Oui, contrairement à ce que l'on peut penser. Les enquêtes démontrent que sur ces territoires, 45 % des déplacements se font à moins de 5 km. Cela équivaut à environ 20 minutes à vélo... Il y a donc un potentiel énorme à développer sur ces zones, où le vélo peut être largement utilisé pour des déplacements du quotidien. Source : https://www.laprovence.com/article/edition-arles/5744251/changement-de-braquet-pour-les-veloroutes.html
Webmaster | le 13/11/2019
AMÉNAGEMENT
PACA - Bouches du Rhône D'une rive à l'autre...
D'une rive à l'autre à vélo dans les bras du Rhône 27 cyclistes ont participé à la randonnée à vélo « D'une rive à l'autre  » l'une des animations proposée par le CPIE – Rhône Pays d'Arles dans le programme de la 3ème édition de « Dans les Bras du Rhône », événement – phare de son réseau Rhône méridional. Temps maussade au départ, devant de la gare de Tarascon (Bouches-du-Rhône), et léger crachin sur les premiers kilométres, mais le temps s'est bien vite amélioré pour la suite du parcours de 50 km au dénivelé très faible, concocté par l'AF3V. Au cours de cette escapade, étaient prévues interventions, visites, dégustations et une découverte des paysages et d'une section de la voie verte du Pont du Gard. Guidés par les accompagnateurs de l'AF3V (délégation régionale SUD et départementale Gard) et de l'association « les Amis du Pont du Gard et de sa Voie Verte », ainsi qu'Aurélien du CPIE, le groupe a commencé par la rive gauche du fleuve. Rive gauche A Vallabrègues, le slogan du village n'est pas le tryptique « métro-boulot-dodo », ce serait plutôt « vannier-chaisier-boucher » comme aime le préciser le maire Jean-Marie Gilles, qui nous accueille à l'Hôtel de Ville. Pour lui, les trois raisons majeures qui doivent nous conduire vers Vallabrègues sont : le Festival européen de la Vannerie les 2ème week-end d'Août (la 30ème édition a eu lieu en 2019) et le Musée de la Vannerie, l'entreprise Lacroix qui fabrique des chaises paillées qui portent l'empreinte du savoir-faire légué par une longue lignée de maîtres chaisiers et le nouveau boucher Cuadrado qui, avec la volonté de la commune, a pu perpétuer la tradition de la confection des andouillettes et du saucisson fumé après le départ à la retraite de son prédécesseur. Jean-Marie Gilles nous propose une dégustation de ces charcuteries, accompagnées de pain, vin, jus et raisins chasselas. Il est 10h et demie, mais tout le monde apprécie ce petit-déjeuner campagnard. A l'aide de la carte de Cassini (de 1750 à 1790) affichée dans la salle, Georges Sudres, historien, nous explique comment le Rhône est venu, peu à peu, à séparer Vallabrègues de la rive droite ; la commune devenant ainsi le seul village du Gard rattaché à la terre provençale tout en restant administrativement en région Occitanie. Il nous entraîne ensuite vers l'ancien cimetière édifié sur la butte du château, sur laquelle les habitants allaient se réfugier durant les inondations. Nous quittons l'enclave gardoise pour revenir dans les Bouches-du-Rhône à St-Pierre-de-Mézoargues qui est, avec 237 habitants, la 2ème commune la moins peuplée du département. Par de petits routes, nous rejoignons Boulbon au pied de la Montagnette, dominé par les ruines de son château fort. Ce village médiéval avec ses remparts et ses portes fortifiées mérite une visite mais nous sommes attendus à Aramon (Gard) en rive droite. Rive droite La traversée à vélo du Rhône sur le pont d'Aramon est plutôt délicate. Heureusement, nous arrivons sur l'itinéraire ViaRhôna (pour l'instant jalonné en provisoire). Nous sommes reçus par Laurent Boucarut, maire d'Argilliers, conseiller communautaire et vice président de Destination Pays d' Uzès Pont du Gard, au relais fluvial des Estères, site dont l'activité portuaire a existé dès l’époque romaine et a atteint son apogée au XVIIème siècle. Nous visitons cet espace d’accueil où les bateaux de plaisance et les péniches-hôtels peuvent ancrer et profiter des sites touristiques. Des services appréciables sont programmés comme la location de bicyclettes et de vélos électriques afin de proposer une nouvelle facette du tourisme, un tourisme plus doux et itinérant pour visiter les villages de la Communauté de Communes du Pont du Gard. Nous n'aurons pas le temps de visiter le centre ancien, les façades et portes anciennes des hôtels particuliers, le château de Diane de Poitiers et son parc. Juste avant d'aller pique-niquer à l'aire naturelle de la Lône, Martine Escoffier, 2ème adjointe aux associations et  élue communautaire, nous accueille avec Fabrice Imbert, directeur de la cave coopérative Aramon-Théziers pour une dégustation de cuvées, récompensées par des concours. Nous continuons sur la ViaRhôna jusqu'à Montfrin où nous accédons à la magnifique voie verte du Pont du Gard, bien équipée en bancs et tables de pique-nique, que nous suivrons sur 7 km. A la sortie du tunnel de Comps de 210 m, éclairé par des lanternes avec LED créant des jeux de couleur, le groupe se scinde, après une dernière photo. Un groupe regagne Tarascon, accompagné par Jean-Louis Mante, délégué AF3V du Gard et une quinzaine de cyclistes courageux optent pour un détour pentu jusqu'au pic de l’aiguille (altitude 153 m) voisin de l'abbaye de St-Roman. Nous apprécions cet ancien habitat troglodytique, et la table d'orientation depuis laquelle un magnifique panorama à 360 ° s’offre sur les massifs environnants et les méandres du Rhône. L'AF3V remercie le CPIE Rhône Pays d'Arles qui, grâce à cet événement gratuit, invite le public à (re)découvrir le Rhône en bateau, kayak, à pied ou encore à vélo le long des rives par les petites routes et voies vertes. Notre association remercie particulièrement les personnes qui nous ont reçus et Agnès Senicourt, adhérente AF3V et vice-présidente de l'association « les Amis du Pont du Gard et de sa Voie Verte » pour l'organisation des accueils sur l'itinéraire. Le parcours en rive gauche sera proposé comme variante permettant de concevoir une boucle locale lors des prochaines consultations dans le cadre du comité d'itinéraire de la ViaRhôna. Voir le parcours : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/dans-les-bras-du-rhone_342239
Webmaster | le 29/10/2019
EN RÉGION
Plus Belle la Voie 2019
De l'avis général des randonneurs de Plus Belle La Voie, l'arrière-pays et ses villages perchés ainsi que le bord de mer sur la Côte varoise, la Côte bleue et la Camargue sont remarquables. Cependant, ils ont beaucoup moins aimé la proximité du trafic automobile incessant engendrant bruit, odeur et danger ainsi que les passages en zones industrielles. En effet le parcours de la V65 traversera une urbanisation dense et se situera à 50% en agglomération et plusieurs d'entre nous, présents lors des éditions précédentes de Plus Belle La Voie , ont préféré le parcours de l'EV8 / Méditerranée à vélo (Nord-Alpilles, Nord-Lubéron et Haut-Var) Pour l'instant, les trop nombreuses discontinuités restreignent l’usage de la V65 à une fréquentation locale et de loisirs. Pour l'AF3V, cette véloroute doit être pensée avec une vision et des objectifs d'ensemble, et ne pas rentrer en compétition avec l'EV8. Les deux peuvent être considérées comme une continuité pouvant former l’armature d'une offre vélotouristique régionale attractive avec plusieurs connexions possibles entre elles et avec la ViaRhona / EV17. Plus Belle La Voie, c'est aussi un groupe de gens sympathiques, des repas communs avec chansons et une entraide au sein du groupe pour résoudre les problèmes mécaniques. Pour la 8ème édition en 2020, Plus Belle La Voie donnera un coup de projecteur sur l'itinéraire régional V862 « Val de Durance » entre Briançon et Avignon. Alain Michel, délégué régional AF3V – SUD – Provence-Alpes-Côte d'Azur Retrouvez le récit complet de cette randonnée militante [caption id="attachment_8361" align="aligncenter" width="640"]Traversée du gué Plus belle la voie 2019[/caption]
Webmaster | le 03/10/2019
    articles de 1 à 10     
Recevez toutes nos actualités et événements

AF3V

L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.

Contact

info@af3v.org

03 44 60 11 63

Copyright Ⓒ 2020 - Tous les droits sont réservés AF3V