Actualités

Accueil > Actualités
Trier par date de publication : croissante | décroissante
Trier par date de publication : |
ACTU VÉLO
Les voies vertes au service du RER Vélo : levons les obstacles...
Fin janvier, le collectif Vélo Ile-de-France présentait au public et aux aménageurs son projet de « RER V ». Ce réseau de 9 pistes cyclables connectées entre elles, continues et sécurisées a été imaginé pour remédier au morcellement de l’offre actuelle, et pour encourager les franciliens à se mettre davantage « en selle » au quotidien. Zoom sur les différents obstacles à lever pour que les Véloroutes Voies Vertes existantes puissent être mises efficacement au service de ce beau projet ! Le collectif Vélo Ile-de-France rassemble 33 associations, regroupées pour peser plus efficacement sur les politiques publiques consacrées au vélo. Ensemble, elles défendent aujourd’hui un projet enthousiasmant : le RER Vélo. Présenté en janvier, le premier niveau de ce réseau compterait 9 pistes cyclables connectées entre elles, sécurisées et continues, s’étirant sur 650 km. Pour un coût estimé à 500 millions d’euros, il permettrait de desservir tout le territoire. L’investissement représente à peine 2% du budget du Grand Paris Express. En levant de nombreux freins liés à la sécurité et au manque de continuité des aménagements actuels, il contribuerait fortement au développement de l’usage du vélo du quotidien. C’est aussi une des principales vocations de l’AF3V, qui soutient le projet. Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France est prête à financer 50% des travaux soit 250 millions d’euros pour cofinancer les neuf premières lignes du RER V. RER Vélo : des fondations à consolider Le tracé de ce projet repose sur 45% d’équipements cyclables existants, dont de nombreuses voies vertes1. C’est là que pour l’instant, le bât blesse. Pour Benoît Carrouée, coordinateur du projet RERV niveau 2 pour l’Essonne, « le réseau de véloroutes voies vertes dans la région est dans un état catastrophique, il y a énormément à faire pour le rendre adapté à un usage quotidien ». Vieillissant et conçu initialement pour les loisirs, le réseau de VVV en Ile-de-France a besoin d’une sérieuse mise aux normes sur trois points : La largeur des voies vertes (2m50) est insuffisante pour permettre la bonne cohabitation entre piétons et cyclistes recherchée pour le RER Vélo. Si un élargissement des voies pourrait suffire en grande couronne, une séparation des flux d’usagers est à envisager à proximité de Paris.Les revêtements actuels des véloroutes voies vertes sont majoritairement réalisés en sable stabilisé. Ils vieillissent mal, ralentissent les utilisateurs et sont souvent très salissants, donc totalement inadaptés à un usage quotidien.La circulation sur les voies vertes actuelles est entravée par la présence de multiples barrières. Installées initialement pour empêcher le passage des deux roues motorisées, elles ont pour inconvénient de gêner également le passage… des vélos ! Élargissement des voies, séparation des piétons et des cyclistes dans les zones de forte fréquentation, remplacement progressif des revêtements au bénéfice de l’enrobé et suppression des barrières anti-deux roues… C’est à ce prix, et seulement à ce prix, que le RER Vélo pourra reposer sur une ossature solide et adaptée à l’objectif : transformer durablement les modes de déplacement quotidiens des franciliens au bénéfice du vélo. 1 Quelques précisions : La voie verte est une route exclusivement réservée aux piétons et aux cyclistes, donc interdite aux véhicules à moteur. Dans le code de la route elle diffère de la piste cyclable qui elle, est réservée aux vélos et généralement située sur l’accotement d’une route. Enfin, les aires piétonnes donnent priorité aux piétons. Les cyclistes y sont admis mais doivent rouler au pas. RER Vélo niveau 2, c’est pour bientôt ! Le RER Vélo dans son épure initiale, c’est un projet de réseau encore très tourné vers Paris qui compte beaucoup trop peu de voies transversales. Regrettable en particulier pour la grande couronne, dont l’offre actuelle est par endroits importante mais toujours morcelée, « en confettis » et presque inexistante d’une ville à l’autre. Le collectif Vélo Ile de France s’est également saisi du sujet et travaille actuellement au développement d’un RER Vélo niveau 2. Ce projet complémentaire sera centré sur la grande couronne et ses besoins spécifiques. Il devrait être dévoilé à la fin avril.
Sophie POUILLY | le 28/05/2020
ACTU VÉLO
Études 2020 sur l'« Économie du vélo »
La mise  à jour de l’étude sur l’économie du vélo de 2009 vient de paraitre : https://www.entreprises.gouv.fr/etudes-et-statistiques/impact-economique-et-potentiel-de-developpement-des-usages-du-velo-france. Outre un rapport très détaillé de près de 400p et d’une infographie plus synthétique de 2 pages, elle sera aussi décliné dans 12 vidéos de 3 à 4 mn qui seront publiées du 8 au 20 mai sur le site de l’ADEME. Elle s’inscrit dans un contexte où depuis l’automne 2018 avec le « plan national vélo et mobilités actives », décembre 2019 avec la Loi d’orientation des Mobilités (LOM), la sortie progressive du déconfinement lié à la crise sanitaire du covid-19 (mai 2020), les pouvoirs publics (État et collectivités territoriales) se positionnent résolument en faveur d’une politique cyclable plus ambitieuse et surtout, la traduisent en actes ! La parution de cette étude dresse un état des lieux de l’ensemble des usages du vélo en France (y compris professionnels) et esquisse les perspectives d’évolution à 5 et 10 ans. Une lecture à recommander pour découvrir ou mieux connaître l’ « éco-système vélo » en France et son impact socio-économique. Pour tout complément, cf. le CP : https://presse.ademe.fr/2020/05/la-dge-la-dgitm-lademe-et-la-ffcyclisme-publient-une-etude-sur-limpact-economique-et-le-potentiel-de-developpement-des-usages-du-velo-en-france.html
Sophie POUILLY | le 11/05/2020
ACTU VÉLO
Le vélo est mon geste barrière
Le déconfinement progressif, annoncé à partir du 11 mai, n’est pas sans poser de questions sur nos habitudes de mobilité. Comment respecter les mesures de distanciation physique dans les transports publics ? Comment éviter un report modal massif vers la voiture à la sortie du confinement ? Le vélo : un mode de déplacement idéal pour le déconfinement La pratique du vélo réduit le risque de contamination, permet de respecter la distanciation physique minimum, d’éviter l’engorgement de nos villes, de soulager les transports publics, renforce notre système immunitaire et améliore la qualité de l’air. État, collectivités, associations, établissements publics, entreprises, usagers… L’ensemble des acteurs vélo en France ont un rôle essentiel à jouer pour promouvoir le développement du vélo dans le contexte de la crise sanitaire actuelle. Le vélo permet de construire une mobilité plus résiliente. Pour unir les forces, l'AF3V, en partenariat avec Vélo&Territoires, le Club des villes et territoires cyclables, la FUB et l’Union Sport & Cycle participe à la campagne « Pour se protéger et protéger les autres : le vélo est mon geste barrière » et met à votre disposition le kit de communication : Télécharger les vignettes de la campagneTélécharger les affiches de la campagneTélécharger les visuels FacebookTélécharger les visuels Twitter Pour chacun de ces supports, versions customisable, versions avec et sans logos des partenaires sont mises à disposition.
Sophie POUILLY | le 27/04/2020
AMÉNAGEMENT
Cap sur les Véloroutes et Voies Vertes de Normandie !
Seine à vélo, Vélomaritime, Vélo Francette, Véloscénie, Avenue Verte Londres-Paris… La région Normandie regorge d’attraits vélo-touristiques. Présentation privilégiée avec André-Pierre Hodierne, délégué régional de l’AF3V, référent cartographie du territoire. Avant de pédaler, André-Pierre a usé quelques paires de chaussures sur les GR français, en s’imaginant lors de sa retraite, rejoindre la Fédération Française de Randonnée Pédestre. En 2004, pour célébrer ses 50 ans, il parcourt le mythique chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle pendant deux mois. A son retour, des amis lui proposent de participer à un voyage à vélo. « J’achète alors un tandem pour partir avec ma femme Sylvie aux côtés de 5 autres couples équipés avec la même monture ». Le groupe rejoint Vienne en Autriche dans la bonne humeur, et le couple découvre le plaisir de l’itinérance : « Pour assouvir nos envies de petites escapades avec des temps dédiés à la découverte du territoire, nous avons débuté par le canal du Midi puis le Tour de Bourgogne pour progressivement sortir de nos frontières ». En 2009, André-Pierre fait la surprise à Sylvie de l’emmener voir sa cousine installée à Stockholm à vélo ! Un voyage au long cours, avec la toile de tente dans les sacoches… Un premier cyclo-tour mais certainement pas le dernier ! En parallèle, dans les années 90, André-Pierre rejoint Les Dérailleurs de Caen. Une association, affiliée à la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB), découverte lors du marquage de ses vélos en Bicycode sur un événement local. D’abord simple adhérent, il s’investit rapidement dans le bureau et devient également délégué départemental de l’AF3V (Association Française des Véloroutes et Voies Vertes). Lorsque la Basse et Haute Normandie fusionnent, il endosse le rôle de délégué régional : « J’ai à cœur de tenir à jour la cartographie de notre territoire ! » affirme le jeune retraité qui précise « vouloir partager les tracés les plus précis possibles ». Focus sur les Véloroutes et Voies Vertes de Normandie Le Schéma Régional de Normandie recense 2 705 km de Véloroutes et Voies Vertes (VVV) réalisées à 70 %. « Notre destination offre une variété de paysages. La façade maritime attire, et pour cause, de nombreux visiteurs. La Seine à vélo pourrait d’ailleurs devenir la plus belle balade le long d’un fleuve avec son impressionnante richesse, autour notamment de l’architecture, des abbayes, le tout teinté du mouvement impressionniste ! ». La Seine à Vélo (V33), un tracé de 430 km de Paris au Havre dont l’inauguration est programmée en juin 2020. « Si l’on ajoute la branche sud Jumièges-Honfleur-Deauville, ce sont 511 km comptabilisés dont environ 350 km en Normandie ».  Actuellement, il est possible de suivre les rives du fleuve en Seine-Maritime. En attendant les aménagements finaux le long de la Seine, des sections provisoires sont en place même si elles ne garantissent pas la même qualité d’infrastructures que des tronçons définitifs. En Seine-Maritime, l'itinéraire est aménagé et jalonné sur pistes cyclables et petites routes de Rouen au Havre. « Piste cyclable, chemin de halage le long de la Seine offrent une magnifique balade. A terme, différentes variantes sur les rives seront en place ». Notons que le linéaire existe dans ce département mais qu’en amont de Rouen, l’itinéraire emprunte la zone industrielle, mal entretenu à ce jour. En aval, des voies vertes et voies partagées cohabitent mais l’arrivée au Havre se fait également par la partie industrielle, moins agréable. « Cela reste un itinéraire de liaison ». Côté Eure : Des voies vertes plus qualitatives sont envisagées pour l’avenir mais à présent, nous en sommes au stade de l’enquête publique ». L'itinéraire jongle sur les deux rives de la Seine où des bacs gratuits permettent la traversée du fleuve. « Celles-ci font partie du charme du cyclotourisme dont il faut profiter ! A Mesnil-sous-Jumièges, la route au milieu des grands arbres fruitiers en fleurs est splendide. L’abbaye de Jumièges, une ruine pleine d’histoire, mérite un arrêt ! ». En arrivant sur l'estuaire, deux options s’offrent aux cyclistes : l'une vers Honfleur, Deauville où la gare facilite le retour vers la capitale, l'autre vers Le Havre. Délégué de la Vélomaritime (EV4 en France), André-Pierre évoque ensuite cet itinéraire de près de 1 500 km, qui relie Roscoff en Bretagne à Bray-Dunes (frontière belge) dans les Hauts-de-France. 92,6 % sont réalisés à ce jour, l'objectif de 100 % étant fixé à 2021. « En Normandie, la Vélomaritime représente 800 km passant notamment par les plages du Débarquement, Honfleur, le Havre une ville de reconstruction à parcourir avec intérêt. Sur la côte, le pays des hautes falaises vous séduira à coup sûr ! ».Attention toutefois aux chaînons manquants dans le Calvados : « Certains tronçons n’existent pas actuellement. Des comités pilotage se penchent sur les aménagements ».Point noir : le passage particulièrement délicat du pont de Normandie, fermé aux piétons et cyclistes en cas de forts vents. « Avec une largeur de moins de 80 cm pour la piste cyclable, de forts vents latéraux, il est dangereux de cohabiter avec des véhicules, notamment des camions, lancés à 90 km/h. Je le déconseille notamment aux familles. Des alternatives sont en cours de réflexion : navette maritime, traversée en bus, réorganisation des voies cyclables, piétons et véhicules, itinéraire bis avec passage par le bac… Un dossier complexe à suivre. A ne pas manquer également : la Vélo Francette (V43) : 630 km de Ouistreham à La Rochelle, dont 150 en Normandie. « L’une des plus belles véloroutes de France à découvrir, avec notamment la voie verte de la Suisse Normande entre Caen et Clécy : 40 km superbes ! ». Après les plages du Débarquement, l’itinéraire rejoint le chemin de halage de la Mayenne, la vallée de la Loire entre Angers et Saumur, la vallée du Thouet, puis traverse le Marais Poitevin et rejoint « La Porte océane » par le canal de Marans à la Rochelle. Parmi les autres itinéraires phares traversant la région : La Véloscénie (V40), 450 km entre Paris et le célèbre Mont-Saint-Michel pour s’immerger dans l'Histoire de France. Entre pistes aménagées, voies vertes, petites routes balisées et chemins forestiers, ce parcours vélo vous emmène au cœur de la vallée de Chevreuse, du Perche et du bocage Normand.Certains passages s’avèrent sportif du fait du dénivelé et des voies partagées. De Domfront à Pontaubault, l’ancienne voie de chemin de fer devenue voie verte peut être monotone. L'Avenue Verte Londres-Paris (V16) : 470 km dont 125 en Normandie, pour rejoindre deux capitales mythiques. Entre deux ambiances urbaines, c'est une véritable immersion dans la campagne ! « Une voie partagée entre Gisors et Forges-Les-Eaux, sur des petites routes pas toujours très bien balisées. Entre Forges et Dieppe, la voie est irréprochable sur cette ancienne voie ferrée transformée en Voie Verte, qui offre de très bonnes conditions pour rouler avec un enrobé très confortable ». Cyclistes et rollers se croisent sur celui-ci, échangeant sur la qualité de surface lisse et rugueuse… Des animations sur les Véloroutes et Voies Vertes Chaque année, deux grands temps forts sont proposés autour des VVV par l’association Dérailleurs. Le premier au printemps : « Une randonnée de 7 à 9 jours vers une destination nouvelle, avec hébergements en dur au fil des étapes ». La 6ème édition proposée en mai 2020 affiche déjà complet pour la Manche et la Bretagne ! Autre rendez-vous imaginé dans le cadre de la fête du vélo « Osez voyager à vélo ! ». Le concept ? Démystifier l’expédition, lors d’une soirée à la maison du vélo à Caen, et encourager les participants à partir à tout âge, sans être de grands sportifs. Les précédentes éditions autour de la VéloFrancette, du voyage avec des enfants, du voyage le long des fleuves, du randonneur au cyclonaute ont permis d’échanger et de jolis partages d’expériences ! Pour conclure, rappelons qu’avant de partir, chacun est encouragé à se renseigner précisément auprès des professionnels et voyageurs sur les itinéraires afin de vérifier que son profil et ses attentes soient en adéquation avec les voies. « Parfois certains endroits peuvent être particuliers à emprunter, des aménagements sont encore en cours sur certains axes, en considérant le relief et les zones protégées ». Pour aller plus loin… AF3V Normandie : https://www.facebook.com/af3vnormandie/ S’informer et adhérer à l’AF3V
Sophie POUILLY | le 12/04/2020
    articles de 1 à 10     
Recevez toutes nos actualités et événements

AF3V

L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.

Contact

info@af3v.org

03 44 60 11 63

Copyright Ⓒ 2020 - Tous les droits sont réservés AF3V