Actualités

Accueil > Actualités
Trier par date de publication : croissante | décroissante
Trier par date de publication : |
EN RÉGION
Plus Belle La Voie sur la Durance
Pour cette 8ème édition de Plus Belle La Voie (PBLV), randonnée militante organisée par le délégué régional PACA de l’AF3V, une cinquantaine de cyclistes ont testé, du 11 au 18 septembre 2021, un parcours de 400 km environ en 8 étapes correspondant en grande partie au tracé de la future véloroute « la Durance à vélo » entre Briançon et Avignon. Si certains n'ont participé qu'à une ou plusieurs étapes, une quarantaine de cyclistes ont parcouru la totalité de l'itinéraire. Hautes-Alpes Vu que les circulations ferroviaires entre Marseille et Briançon étaient interrompues pour cause de travaux, il a fallu recourir à un transport par autocar avec remorque à vélos, pour relier depuis la gare St-Charles de Marseille, le camping de Briançon où les 32 participants ayant utilisé ce service, ont rejoint les cyclistes déjà sur place. C'est donc un groupe d'une quarantaine de randonneurs aux vélos bardés de sacoches qui a pris le départ, le samedi 11 septembre, après une rencontre avec des élus de Briançon et de la communauté de communes du Briançonnais. Les trois premières étapes et les ¾ de la quatrième se sont déroulées, sous un soleil radieux, dans ce département des Hautes-Alpes dans lequel plusieurs rendez-vous avaient été organisés par l'association Mobil'Idées de Gap, délégation départementale de l'AF3V, co-organisatrice de la randonnée. Elus (souvent jeunes) des communes, du Département et des EPCI 1, étaient présents pour nous accueillir : à la base de sports d'eaux vives de L'Argentière-la-Bessée, au plan d'eau d'Eygliers, à la Place forte de Mont-Dauphin, au camping de Baratier, à l'Hôtel du Département de Gap et sur la place du village de Monêtier-Allemont. Tous ont affirmé une volonté de faire une place à la mobilité à vélo dans une politique de transports intermodale dont le succès dépendra du maintien des lignes ferroviaires des Alpes. A Gap, Marc Viossat, vice-président du Conseil départemental (CD05), en charge de la transition énergétique et des mobilités alternatives a souligné que « cette initiative (Plus Belle La Voie) donne un élan sur un itinéraire attendu ». En effet, le Département souhaite jalonner, dès 2022, un itinéraire de continuité sur son territoire et Mobil'idées, liée sur 3 ans par un contrat de partenariat avec le CD 05, accompagnera ce dernier dans la réalisation de la Durance à vélo. Le CD 05 a sollicité l'expertise de Vélo Loisir Provence (VLP) en lui confiant l'étude d'un plan de balisage. Il convient de noter que Sylvie, directrice de VLP – assistée sur les deux premières étapes par Camille, chargée de mission à VLP – a participé à la totalité de la randonnée. A Mont-Dauphin, Marcel Cannat, vice-président, en charge des routes, nous informe que le CD 05 envisage aussi d'entreprendre des travaux sur le réseau routier départemental pour sécuriser les déplacements à vélo que ce soit pour l'itinérance ou bien les activités de loisirs ou l'utilisation quotidienne. Un challenge à relever, étant donné qu'en fond de vallée les routes principales sont souvent à fort trafic et que le réseau secondaire alternatif  comporte des pentes plus ou moins abruptes et quelques sévères raidillons. Le relief prononcé de ce parcours en Haute-Durance n'a pas entamé la bonne humeur de la joyeuse équipe de cyclistes  qui a découvert des panoramas somptueux sur les massifs environnants mais aussi des passages proches de la Durance aux allures de torrent jusqu'à Embrun. Au-dessus du lac de Serre-Ponçon Pour la 3ème étape Embrun – Gap à fort dénivelé, Pierre adhérent de Mobil'Idées et délégué AF3V 05, avait organisé un transport de bagages ce qui nous a permis de grimper sans faire de gros efforts sur la route des Puys, qui sinue entre vieilles fermes et hameaux avec fontaines offrant des belvédères sur le lac de Serre-Ponçon. Parmi les souvenirs les plus marquants : la visite de l'expo du sculpteur Ousmane Sow à Mont-Dauphin, et l'accueil de PBLV, à Gap, par Mobil'Idées dont l'un des 3 salariés Simon s'était fortement impliqué dans l'organisation de l'hébergement des cyclo-campeurs chez les adhérents de l'association. Tous ont pu dormir dans un lit après un repas commun avec leurs hôtes à la cantine participative « chez Bernie », lieu particulièrement apprécié de tous. Le lendemain, accompagnés par Simon, la troupe a emprunté des parcours au relief nettement moins prononcé avant de retrouver les eaux détournées de la Durance le long du canal EDF qui achemine l'eau nécessaire à la production hydroélectrique, l'irrigation et l'eau potable de la Provence. Après l'accueil sympathique de la municipalité de Monêtier-Allemont à l'occasion de la pause pique-nique, plusieurs participants se sont déclarés partants pour une visite aller-retour du lac de pêche du Vivas et de la Durance au débit désormais affaibli. Par les routes tranquilles proches du canal traversant les vergers de pommiers sous filets anti-grêles, le défilé de cyclistes s'est prêté une dernière fois aux prises de vues – caméra embarquée en voiture et survol de drone bourdonnant – de l'agence Boris Doye Films qui a effectué, depuis le départ, le tournage d'un film de promotion de la Durance à vélo pour ce département des Hautes-Alpes qui aura un rôle moteur pour entraîner les autres collectivités dans le projet de véloroute. Alpes-de-Haute-Provence A l'arrivée de la 4ème étape, des journalistes de la presse locale attendaient, à la confluence du Buëch et de la Durance, le groupe retardé par des incidents techniques. Le lendemain, la file de randonneurs a quitté le camping pour suivre la Durance jusqu'à son passage dans la spectaculaire clue de Sisteron dominée par le rocher de la Baume et les fortifications de la citadelle. Pour une fois, pas de courses au supermarché, car c'est jour de marché dans la sous-préfecture des Alpes-de-Haute-Provence. La maison de la presse est prise d'assaut : PBLV figure à la Une et sur une pleine page intérieure dans l'édition « Alpes » du journal La Provence et, ce jour-là, plusieurs klaxons d'encouragement accompagnent ponctuellement notre caravane. Nous sommes attendus à Volonne, sous le chapiteau du camping l'Hippocampe au bord de la retenue de l'Escale. Après les discours d'usage, Sandrine Cosserat, maire de Volonne ainsi qu'élus et techniciens de Provence-Alpes-Agglomération (P2A) nous ont présenté le projet écotouristique d’aménagement qui s'inscrit dans le cadre du plan climat air énergie territorial de P2A dont l'un des objectifs est de développer les mobilités douces. Le projet comprend notamment l'aménagement d'une passerelle himalayenne piétons-vélos entre les deux rives du lac, espace naturel riche en biodiversité et réserve ornithologique. Deux membres de l'association « La Cistude » nous ont commenté leur exposition de 30 panneaux, très bien conçue, installée à notre intention, présentant à travers une dizaine de thématiques les enjeux économiques et environnementaux rattachés à la Durance. Après les échanges qui se sont poursuivis autour d'une collation offerte par P2A, il nous a fallu repartir pour couvrir les 50 km nous séparant de l'arrivée à Manosque. La vallée s'est élargie et des champs de lavande apparaissent sur les coteaux. Dans la plaine agricole, on rencontre des oliveraies, et toujours des pommeraies sous filets. Sous un ciel menaçant, nous avons emprunté, sur 3 km, le parcours du Tour du lac, sentier qui devrait être quelque peu élargi prochainement. Plus loin, près du village des Mées, qui doit sa notoriété aux rochers dressés, appelés pénitents, des trombes d'eau nous ont obligé à demander l'hospitalité sous les hangars du Moulin à huile des Varzelles en attendant une accalmie mais, la pluie s'étant arrêtée, nous sommes arrivés, un peu tard mais quasiment secs, au camping de Manosque. Dans ce département, des incertitudes existent encore sur les voies à emprunter pour la véloroute. Si l'utilisation de plusieurs tronçons existants sur routes tranquilles semble évidente, un traitement de la sécurité devra être envisagé sur plusieurs points noirs nécessitant des travaux importants. De plus, des parties en bord de canal EDF sont théoriquement interdites à la circulation. Un tracé de continuité est à l'étude mais le tracé définitif devra donc s'envisager à plus long terme avec la participation des territoires motivés possédant des emprises foncières disponibles. Le CD 04 se pose comme facilitateur et coordonnateur mais ne sera, à priori, ni porteur de projets ni seul financeur. Voie verte sur le pont de la Durance à Manosque A 4 km du départ de la 6ème étape, au camping de Manosque, le groupe de cyclistes avait rendez-vous avec un ingénieur de la Maison Technique de la Direction des Routes du CD 04 qui nous a accompagné sur les 3,5 km de voies vertes en bord de la D907 et en franchissement du nouveau pont de la Durance. Au niveau du belvédère créé près des deux piles conservées de l'ancien pont suspendu, des explications nous sont données sur ces aménagements cyclables réalisés récemment qui devraient à terme accueillir la Durance à vélo se superposant à la Méditerranée à Vélo / EuroVelo 8 (EV8) entre Manosque (04) et Jouques (13). Mais ce tronçon de l'EV8 en rive gauche de la Durance n'a pas été jalonnée car la circulation motorisée est intense sur plusieurs sections et il est conseillé de prendre le train régional entre Manosque et Meyrargues (13).  Nous avons donc préféré un parcours en rive droite de la rivière sur petites routes calmes, quoique peu carrossables, pour quitter le département Vaucluse et Bouches-du-Rhône Dans ces deux départements, la véloroute devrait passer tantôt en rive droite (Vaucluse-84) et tantôt en rive gauche (Bouches-du-Rhône-13). Elle empruntera certaines sections de voies vertes aménagées dans le domaine public, sur les deux rives et au plus près de la rivière, par le SMAVD 2 et ses partenaires (CD13, CD84, Région SUD). Nous avons poursuivi cette 6ème étape en entrant dans le Vaucluse sur la commune de Beaumont-de-Pertuis, lieu du pique-nique. Il était prévu ensuite de relier le pont de Mirabeau pour que tous puissent reconnaître un itinéraire le long de la Durance qui devrait être aménagé en voie verte. Cependant, ce parcours risquait de présenter des difficultés suite aux pluies torrentielles de la veille. Les organisateurs ont donc proposé deux options pour rejoindre Pertuis à partir de Mirabeau : soit le parcours initialement prévu empruntant des pistes rocailleuses et ravinées en bord de rivière et de voie ferrée avec flaques d'eau attendues soit un parcours sur routes suivant le balisage « Pays d'Aigues à vélo ». Mais, quel que soit le choix qui a été fait par chacun, tous ont subi de nouvelles averses en fin d'après-midi et sont arrivés trempés au camping Les Pinèdes du Luberon dans lequel nous avons été particulièrement bien accueillis. Ce soir-là, après la soirée paëlla du snack, chacun a pu dormir au sec dans les tentes aménagées mises à notre disposition sans supplément de prix ! Le début de la 7ème étape nous a conduit au sud de Pertuis jusqu'au pont de la Durance équipé d'une belle piste cyclable. Le soleil est revenu et nous avons emprunté, sur la commune du Puy-Sainte-Réparade (13), la promenade qui permet l'accès à la rivière mais aussi à six étangs (anciennes gravières). Ce site a fait l'objet de travaux de réhabilitation menés à l'initiative du SMAVD. Nous sommes maintenant en Basse-Durance caractérisée par des influences méditerranéennes et notre parcours va côtoyer des ripisylves feuillues et des petits canaux d’irrigation avec de belles perspectives sur les massifs du Luberon et des Alpilles... et toujours des vergers de pommes sous filets ! sur les plateformes en bois à la Roque-d'Anthéron Après avoir suivi en file indienne la bande dérasée multifonctionnelle de la D 561 sur 2,5 km, le groupe de PBLV a gagné le départ de l'itinéraire, correctement jalonné, de 20 km, majoritairement en voies vertes, aménagé par le SMAVD en partenariat avec le CD 13, faisant partie d'un projet qui a pour objectif de relier Avignon et Mirabeau sur les deux rives de la rivière.  Ségolène Chignard, chargée de mission sur les politiques cyclables à la Direction des Transports et des Grands Équipements de la région SUD accompagnée de Rémi Dorne, chargé de projets Routes et ViaRhôna dans le même service, ont pédalé avec nous depuis le pont de Pertuis. Nous sommes arrivés pile poil à l'heure pour notre rencontre, à l'aire de repos de l'épi du Fort de La Roque-d'Anthéron (13), avec Jean-Pierre Serrus, maire de la commune mais aussi vice-président régional en charge des Transports et de la Mobilité durable qui est venu à notre rencontre à vélo. Sa délégation est lourde mais il a affirmé, lors d'échanges non protocolaires, sa volonté de rencontrer prochainement les responsables du service de la Région en charge des véloroutes et nous a transmis les encouragements du président du Conseil régional qui s'est fixé comme objectif de finaliser, d'ici 2025, les itinéraires du schéma régional. Yves Wigt, maire de Charleval, président du SMAVD nous a rejoint et, après nous avoir présenté les missions du syndicat, a annoncé un prochain prolongement des aménagements cyclables d'une dizaine de km vers l'ouest. Les randonneurs à vélo ont poursuivi leur périple en optant pour la variante « nature » au plus près de la Durance, disposant de plusieurs platelages de bois qui permettent d'enjamber les milieux sensibles sans dénaturer les habitats. Par les chemins pas toujours très roulants, souvent en crête de digues, la balade du jour, ponctuée de points d’intérêt et d’aires de détente, s'est terminée le soir autour des barbecues du camping de Mallemort pour une soirée « grillades » avec chansons et musique.  A Mallemort, début de la dernière étape du samedi 18 septembre, nous sommes repassés en rive droite côté Vaucluse. Le pont moderne – mais sans aménagements cyclables – que nous avons emprunté, a été construit en 1980, doublant le vieux pont suspendu, conservé et reconnu monument historique, qui devrait être réhabilité pour la circulation piétonne et cycliste. Les petites routes très peu fréquentées situées au pied du Petit-Luberon sur le tracé du circuit « Autour du Luberon à vélo », ont été particulièrement appréciées de tous. Elles nous ont emmenés à Cavaillon où nous avons retrouvé les panneaux de la véloroute La Méditerranée à Vélo / EuroVelo 8 qui franchit la Durance puis la voie TGV et l'autoroute sur une belle passerelle piétons / vélos. A partir de Plan d'Orgon (13), le groupe s'est engagé sur l'emprise de l'ancienne voie ferrée que le CD13 prévoit d'aménager en voie verte au revêtement lisse d'ici le printemps 2022. A Rognonas, le groupe a été reçu autour de rafraîchissements, par deux élus de la commune pour un dernier rendez-vous  organisé par Alberte et Jean-Luc qui animent le collectif d'associations Collpasspont à l'origine de vélorutions pour dénoncer l'absence d'aménagement adapté aux vélos et piétons en franchissement de la Durance. Accompagnés de membres des cyclo-club locaux, la file de cyclistes a traversé ce pont en fin de vie qui avait été conçu pour 15 000 véhicules par jour et qui en accueille aujourd'hui le double, avant de longer, côté Vaucluse, la rivière jusqu'à sa confluence avec le Rhône. L'itinéraire jalonné sur la commune d'Avignon, empruntant les voies vertes « Chemins de la Confluence » nous a permis de rejoindre les remparts du centre-ville et l'itinéraire ViaRhôna / EuroVelo17. Conclusion Une nouvelle fois, l’AF3V aura permis à de nombreux participants de partir à la découverte d’un itinéraire structurant et de sensibiliser les collectivités à l'itinérance à vélo et à l’impact des continuités cyclables sur l’économie touristique, sur les pratiques des usagers locaux et la qualité urbaine en les incitant à poursuivre leurs investissements pour accueillir un public large dans les années à venir. Depuis plusieurs années, la randonnée Plus Belle La Voie est un cadre idéal pour faire remonter les informations et suggestions aux élus et aux services en créant des synergies entre Région, Départements et Intercommunalités autour d’un projet fédérateur et pour y voir plus clair sur les points à améliorer en matière de tracés et de signalisation.   Alain Michel, délégué régional AF3V – SUD – Provence-Alpes-Côte d’Azur Connaître l'itinéraire Cet itinéraire régional est inscrit dans le Schéma Régional des Véloroutes (SRV) de la région SUD Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui compte 2 067 km répartis sur neuf itinéraires dont 1 477 km d’itinéraires nationaux ou européens. Le SRV est réalisé à 37 % au 1er janvier 2021. La Durance à vélo reliera Le Monêtier-les-Bains (au nord de Briançon) à Avignon, sur environ 438 km. Réalisée principalement dans la vallée de la Durance et, sur une vingtaine de km, au bord de la Guisane, torrent qui rejoint la Durance à Briançon, la véloroute concerne principalement quatre départements (Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence, Bouches-du-Rhône et Vaucluse).   Entre Gap (05) et Jouques (13), elle partagera son tracé sur environ 190 km, avec la véloroute nationale V 64 Grenoble – Marseille. Plusieurs connexions et superpositions d’itinéraires seront établies avec la Méditerranée à Vélo / EuroVelo 8 (EV8) et le parcours « Autour du Luberon à vélo ». La Durance à vélo se raccordera à la ViaRhôna (EuroVelo 17) près de la confluence avec le Rhône à Avignon.  Depuis les citadelles alpines jusqu’au palais des Papes en passant par les pénitents des Mées et l’abbaye de Sénanque, la véloroute traversera des sites historiques remarquables et des paysages uniques offrant une très grande biodiversité, mais aussi plusieurs agglomérations régionales répondant ainsi aux exigences des déplacements quotidiens. Bon nombre de gares ferroviaires sont réparties sur le parcours dont plusieurs dans la Haute Durance offrant ainsi une solution alternative afin d’assurer la continuité pour tous. En tant qu’Autorité Organisatrice de la Mobilité, la Région soutient également l’amélioration des conditions de stationnement des vélos dans les gares et s’attache à favoriser l'embarquement des vélos dans les trains et les cars interurbains. Télécharger la revue de presse de la Randonnée Plus Belle La Voie 2021 Sur le web : Article sur Alpes & Midi En radio : Radio RAM O5 "La Durance à Vélo" : bientôt un itinéraire cyclable Avignon-Briançon
Sophie POUILLY | le 06/10/2021
VIE DE L'ASSOCIATION
Pierre Hémon devient Président de l'AF3V
COMMUNIQUE DE PRESSE Vendredi 1er octobre 2021 Lors du Conseil d’administration du mercredi 29 septembre 2021, Pierre Hémon déjà Vice-président de l’association a été élu à l’unanimité pour prendre la présidence de l’AF3V (Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes). Il succède à Julien Dubois qui a été réélu au Bureau en qualité de Vice-président afin d’assurer la continuité des actions menées jusqu’ici. Directeur de centre de santé mutualiste retraité, Pierre Hémon a toujours vu le vélo comme un facteur de santé physique et mentale. Et l'a toujours utilisé comme un moyen de déplacement quotidien et de loisir. Ancien élu à la Ville de Lyon puis à la Métropole (Grand Lyon), il a eu en charge les aménagements cyclables et les itinéraires cyclotouristiques jusqu'en 2020. Après deux mandats bien denses, il a repris sa "liberté" et une vie associative active au sein de l'AF3V qu'il fait bénéficier de ses connaissances fines des collectivités territoriales, des jeux d'acteurs dans ces institutions et de son enthousiasme inentamé pour la "solution vélo" ! « L'AF3V, ses adhérents et son réseau d'associations locales, est un formidable outil pour plaider efficacement le développement des véloroutes et des voies vertes » souligne-t-il au lendemain de son élection avant d’ajouter « l'expertise des cyclistes "sillonneurs" donne à l’association une connaissance pointue des près de 20 000 km de véloroutes existantes ». Pour le nouveau président de l’AF3V et à l'heure ou la pratique du vélo explose, l’objectif principal de l’association est bien d'être la représentante des usagers des voies vertes et véloroutes, à l'écoute des demandes d'un public nouveau fait de familles jeunes, avec enfants en bas-âge bien souvent qui découvrent les vacances à vélo et la sécurité offerte par les voies vertes en particulier. Et donc d'être l'interlocutrice incontournable des décideurs et aménageurs. Composition du Bureau de l’AF3V : Pierre Hémon, PrésidentChristelle Cubaud, Vice-présidenteJulien Dubois, Vice-présidentFrançois Pontvianne, TrésorierElisabeth Gerson, SecrétairePhilippe Marchina, Trésorier adjointEtienne Chuat, Secrétaire adjoint Accédez directement à la carte de visite Pierre Hémon Pour rappel, l’Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes (AF3V) est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français. Retrouvez-nous sur notre site af3v.org, Twitter (@AF3V_officiel) et Facebook. Ou contactez-nous par mail à info@af3v.org.
Sophie VERDELLET | le 01/10/2021
ACTU VÉLO
FUB : Lancement du 3e Baromètre des villes cyclables
La FUB lance la 3e édition de la plus grande enquête citoyenne sur le vélo au quotidien en France : le Baromètre des villes cyclables. Cette enquête bisannuelle est une des plus importantes au monde. Il était temps : le vélo a indéniablement changé de braquet en deux ans ! Le constat est sans appel : la pratique quotidienne du vélo a fait un bond en avant sans précédent. Bonne nouvelle, cette dynamique concerne aussi bien les grands centres urbains que les territoires ruraux. Cet engouement a notamment été porté par le Coup de Pouce Vélo orchestré par la FUB, qui a permis de réparer ou de remettre en circulation près de 2 millions de vélos. Lancée avec succès en 2017 pour les Assises nationales de la mobilité, la deuxième édition, en 2019, a confirmé l’intérêt de nos concitoyens pour le vélo avec 185 000 répondants et 763 communes classées. Le 14 septembre 2021, anniversaire des 3 ans du plan vélo et à la veille de la semaine de la mobilité durable, quelle meilleure date pour donner l'accès à des milliers de citoyens au questionnaire du 3e Baromètre des villes cyclables ! Cette enquête en ligne permet de mesurer la satisfaction et de recueillir les attentes des usagers concernant leurs déplacements à vélo, dans toutes les communes de France. Les deux précédentes éditions ont confirmé l'intérêt des Français·es pour un changement de mobilité dans une démarche de co-construction participative. En prenant le temps de répondre à cette enquête, en cartographiant les points noirs et leurs coups de cœur, les citoyens affirment leur souhait de participer à la conception d'un véritable système vélo confortable et sécurisé. Ils offrent, par leur expertise d’usage quotidien, un formidable outil aux professionnels, aux élu·e·s, aux associations. Les clés de compréhension ainsi obtenues leur permettent de passer à l’action et d’imaginer une France cyclable, partout et pour toutes et tous. La FUB est soutenue pour cette 3e édition du Baromètre par le ministère de la Transition écologique et 2 partenaires très investis pour le développement du vélo au quotidien : LCL et Vélogik. « Prenez 10 minutes de votre temps, et répondez au Baromètre des villes cyclables pour proposer des améliorations concrètes. Ça marche ! » déclare Olivier Schneider, président de la FUB. jusqu'au 30 novembre 2021, Répondez à l'enquête Baromètre des villes cyclables : barometre.parlons-velo.fr
Sophie POUILLY | le 20/09/2021
NON CLASSÉ
Vélo & Territoires : Analyse des données de fréquentation cyclable 2020
« Avec les grèves et la crise sanitaire, l’année 2020 ne ressemble à aucune autre sur le plan de la fréquentation vélo. Avec +11 % sur un an, pareille tendance n’avait jamais été observée. La pratique utilitaire en milieu urbain tient les avant-postes, mais les pratiques touristique et de loisirs progressent également car les fréquentations augmentent dans tous les milieux observés. Ces chiffres éloquents montrent que les efforts et la volonté farouche paient. Les collectivités sont massivement intervenues pour les aménagements cyclables de transition, la mise en œuvre de services, d’équipements et de stationnement vélo. L’État les accompagne avec le Fonds vélo, mobilise ses agences et facilite leur travail. Les usagers experts emmenés par la FUB ont contribué à mettre en place des dispositifs innovants pour remettre des millions de vélo en circulation et financer des opérations. Tous les acteurs du vélo en France ont conjugué leurs efforts. Les résultats de 2020 ne sont donc pas très mystérieux : quand on veut, on peut. Atteindre 12 % de part modale en 2030 suppose une progression équivalente à celle de 2020 chaque année et donc accompagner le mouvement général de moyens suffisants pour agir. Les collectivités sont à l’oeuvre pour faire leur part, mais elles ont besoin d’être accompagnées. Que des dispositifs aussi efficaces qu’Alvéole soient prolongés pour déployer et financer le stationnement vélo, que 50 millions d’euros, répartis au prorata du nombre de places fixé par la LOM pour chaque région, soient mobilisés sur le stationnement sécurisé des vélos en gare et 100 millions d’euros via des appels à projets régionaux pour soutenir la réalisation d’itinéraires cyclables sécurisés sont des signes encourageants. Mais pour atteindre les objectifs, nous avons collectivement besoin que le Fonds vélo soit décuplé de 50 à 500 millions par an pour entrainer les 2 milliards d’investissements annuels. L’ambition du Plan vélo doit être rehaussée car la feuille de route de 2018 a déjà presque intégralement été mise en œuvre. Sept points clés à retenir de cette analyse 2020 : #1 +11 % de passages de vélos par rapport à 2019 (+28 % hors confinements) #2 Grèves et crise sanitaire ont boosté la pratique du vélo #3 Le vélo est une pratique de tous les jours #4 Vélo & Territoires livre un palmarès des compteurs les plus fréquentés   #5 Grâce au partage croissant des données de comptage, ce rapport propose l’analyse détaillée de douze itinéraires nationaux et EuroVelo #6 L’analyse nationale est complétée par des atlas vélo régionaux #7 Toujours plus de données partagées par les territoires Quelles tendances pour 2021 ? Depuis mai 2020, Vélo & Territoires publie chaque mois un bulletin de suivi de la fréquentation cyclable. En raison de l’importante quantité de données et de compteurs, le rapport donne une vision à l’année plus complète et plus fiable que les bulletins mensuels, établis sur un échantillon plus resserré (200 environ). Les chiffres clés du 1er janvier au 5 septembre 2021 Par rapport à 2019 +25 % de passages de vélos +22 % en semaine +36 % le week-end Par rapport à 2019 et par milieu +29 % en urbain +11 % en rural En savoir plus Consultez sur le site Internet de Vélo & Territoires : l’analyse des données de fréquentation cyclable 2020, le bulletin n°5 fréquentations vélo en France 2021, les atlas vélo régionaux et la page dédiée à la plateforme. Le rapport annuel et les bulletins mensuels de fréquentations vélo en France sont réalisés avec le soutien du ministère de la Transition écologique. Contact Vélo & territoires : Dorothée Appercel, chargée de communication, dorothee.appercel@velo-territoires.org
Sophie POUILLY | le 09/09/2021
ACTU VÉLO
Journées Nationales des Voies Vertes - Les JNVV 2021 sont lancées !
INSCRIRE UN EVENEMENT AUX JNVV L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes lance sa 20ème édition des JOURNÉES NATIONALES DES VOIES VERTES ! Ancrées dans la Semaine Européenne de la Mobilité qui se déroulent du 16 au 22 septembre, les Journées nationales des voies vertes sont le moment pour mettre en lumière le réseau des itinéraires qui sillonnent la France ! Plus de 22 200 km de voies vertes et véloroutes sont aujourd’hui en service en France. Elles forment un réseau qui permet de circuler en liberté et en sécurité pour entrer et sortir des villes, relier les villages, parcourir les campagnes et découvrir tranquillement le patrimoine et les paysages de nos régions ; profiter d’une itinérance à vélo éloignée des grandes routes, du danger, du bruit et de la pollution... Retrouvez les manifestations (organisées par les collectivités et associations de la mobilité active, vélo, marche...) proche de chez vous pour fêter le réseau des voies vertes de France ! En septembre et octobre : Fêtez les voies vertes ! Associations, Collectivités... Organisez un événement pour animer votre voie verte. En lien avec les acteurs locaux, votre manifestation peut avoir pour thème la promotion des déplacements alternatifs, les loisirs, les mobilités actives, la santé, le cadre de vie, l'intermodalité, le patrimoine, le tourisme local… Votre manifestation peut prendre plusieurs formes : inauguration d'un aménagement, d'une voie verteengagement de travaux ("première pierre ou premier coup de pioche")action de communication pour le revêtement des voies vertesrandonnée découverte tout public, associée éventuellement à la découverte du patrimoine ou de produits locauxrandonnée vélo, roller mais aussi pédestreréunion d'information ou de présentation d'un projet, avec visite de terrain éventuellementmanifestation festive, stand informatif sur le réseau des itinéraire sur les véloroutes et des voies vertes. Toute animation permettant de créer un "évènement" autour d'une voie verte, existante ou "en devenir". Organisateurs : Inscrivez votre événement ! Votre manifestation sera répertoriée dans le recensement des événements 2021 et bénéficiera de la communication dans l'agenda de l'AF3V. Inscrire son évènement aux Journées nationales des voies vertes Liste des événements organisés 2021 Portée au niveau européen, la Semaine de la mobilité devient Mobility Week. Le thème de la Semaine de la mobilité/Mobility Week est cette année "Restez en forme. Bougez durable  !"
Sophie POUILLY | le 05/09/2021
ACTU VÉLO
PLUS BELLE LA VOIE 2021 sur La Durance à vélo du 11 au 18 septembre.
Une randonnée militante à vélo en région Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur organisée par l'AF3V sur la future véloroute V862 « La Durance à vélo » itinéraire inscrit dans le Schéma régional des véloroutes de la Région  Sud – Provence-Alpes-Côte d’Azur. Du samedi 11 au samedi 18 septembre 2021, la délégation régionale AF3V Provence-Alpes-Côte d’Azur et l'association Mobil'idées (Gap), délégation AF3V pour le département des Hautes-Alpes organisent la 8ème édition de Plus Belle La Voie, randonnée militante VTT-VTC-Randonneuse, de 400 km environ, en 8 étapes entre Briançon (Hautes-Alpes)  et Avignon (Vaucluse). Cette randonnée, programmée en juin 2020, avait du être annulée en raison du contexte sanitaire. L'édition 2021 était donc réservée aux inscrits de 2020, adhérents à l'AF3V 45 cyclistes, la plupart cyclo – campeurs, participeront aux étapes suivantes 11/09 : Briançon – Eygliers (40 km) 12/09 : Eygliers – Embrun (25 km)13/09 : Embrun – Gap (50 km)14/09 : Gap – Sisteron (60 km)15/09 : Sisteron – Manosque (75 km)16/09 : Manosque – Pertuis (50 km)17/09 : Pertuis – Mallemort (40 km)18/09 : Mallemort – Avignon (65 km) Comme pour les éditions précédentes de Plus Belle La Voie, des rencontres avec les élus et les techniciens des collectivités traversées, sont prévues ainsi que diverses animations et manifestations médiatiques. Le programme est en cours d’élaboration. La V862 est un itinéraire cyclable régional qui reliera Le Monêtier-les-Bains (au nord de Briançon) à Avignon, sur environ 438 km en suivant la vallée de la Durance. Aujourd’hui, seulement quelques sections de l’itinéraire sont réalisées. Voir l'article sur le site de l'AF3V Contacts : Alain Michel, délégué régional de l’AF3V - paca@af3v.org - 06 71 88 16 14 Pierre Muller, représentant départemental de l’AF3V - pm.muller@wanadoo.fr - 06 81 95 03 96 Simon Vitorge, conseiller en mobilité de l’association Mobil’idées - simon@mobilidees.org - 07 81 96 04 30
Sophie POUILLY | le 30/08/2021
ACTU VÉLO
La FFCT… Une histoire cyclo-touristique
Martine CANO, présidente de la FFCT Martine Cano, présidente de la FFCT , et Dominique Lamouller, vice-président, reviennent sur le rôle historique de la Fédération Française de Cyclotourisme dans la promotion des véloroutes, concept qui a préexisté aux voies vertes et à la création de l'AF3V. La FFCT (Fédération Française de Cyclotourisme) célèbre bientôt son centenaire. Présentez-nous son histoire ! La FFCT a été créée officiellement en 1923, mais en réalité elle existait déjà depuis les années 1890 au sein du Touring Club de France (TCF). Celui-ci était alors la seule association nationale représentative du cyclotourisme. Au fil des années, le TCF se tournant de plus en plus vers le tourisme au sens large, notamment automobile, et s’intéressant moins au cyclotourisme, des clubs autonomes continuèrent à voir le jour à l’image de notre Fédération. Il s’agit d’un passage historique important qui renvoie à la création d’un mouvement autonome du cyclotourisme. A qui s’adresse la FFCT ? A tous les amoureux du voyage à vélo, quelle que soit leur pratique du moment qu’elle n’est pas compétitive. Elle réunit aussi bien les promeneurs qui vont faire une balade dominicale que les voyageurs, randonneurs au long cours qui traversent la France ou partent à l’étranger. A quel moment commence-t-on à évoquer les voies aménagées ? Le terme de véloroute apparaît dans les années 1980 et celui de voie verte quelques années après. La voie verte trouve ses racines dans la « politique du vélo », pilotée par le comité national de suivi de la politique du vélo. Parmi les dossiers menés, un comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire adopte le 15 décembre 1998 un premier « schéma national des itinéraires cyclables prioritaires ». Au niveau de la FFCT, il faut remonter quasiment dans les années 70. A cette époque, le président Jacques Vicart, alors ingénieur de la direction de l’équipement, avait déjà commencé à développer la notion de voies aménagées. Certes, on ne parlait pas encore de voies vertes mais de zones de pratiques vertes et il avait engagé une action, notamment dans les Landes, pour aménager des pistes. Il a rédigé en 1972 un « essai sur le cyclotourisme en France » où il parle, entre autres des bandes cyclables, nommées « surlargeurs » (terme technique d’aujourd’hui : bande dérasée multifonctionnelle). Dans le chapitre 6 : Notre droit à la route, il pointe un certain nombre d’éléments qui sont encore d’actualité . Citons par exemple : la création de structures d’accueil des cyclistes sur ces itinéraires spécifiquesla réutilisation des empreintes de voies ferrées désaffectées, des chemins de halage des voies navigables de Francela création du concept de véloroute qui a ensuite évolué pour aboutir aux parcours actuelsla distance de sécurité suggérée aux automobilistes (1 m-1,50m) pour dépasser en sécurité un cycliste (dessin de Jacques Faizant). En parcourant cet ouvrage, on note que le souci de sécurité n’est pas nouveau ! Un autre opuscule spécifique sur la sécurité est publié par Jacques Vicart en 1992. Les véloroutes, voies vertes et routes à faible circulation n’étaient pas encore balisées mais l’idée d’avoir une continuité dans les itinéraires était bien présente. Son successeur Marc Dobise et d’autres membres du comité directeur, sensibles à ce sujet, élaborent ensuite une grande traversée de la France qui part du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest… Sans le savoir, ils ont été à l’initiative des voies vertes en encourageant l’idée que les cyclotouristes puissent se déplacer facilement sur les itinéraires en considérant les dénivelés. Les Français et les touristes étrangers, venant surtout d’Europe, ont ainsi pu commencer à traverser plus aisément la France pour se rendre dans des points de villégiature. Puis, comme toutes les associations et fédérations, la Fédération a vécu des changements de président, a souffert du manque de bénévoles, de compétences et d’énergie pour soutenir ce travail important. A partir des années 90 jusqu’en 2000, d’autres associations ont commencé à naître autour de la FFCT comme l’AF3V en 1997. Le canal de Briare En effet, d’autres personnes se sont mobilisées autour de ce dossier dans le but d’utiliser les réseaux existants pour favoriser la pratique du vélo, notamment autour des canaux, et opérer un rapprochement avec la SNCF (toujours au cœur des discussions !). Chacune de ces initiatives étant guidée par le souhait de se mobiliser pour rendre accessible la pratique du vélo ! La France est un pays aux reliefs variés où il n’est pas toujours évident de pédaler ! L’idée est bien d’identifier des réseaux pour engager des aménagements au fil des années. Ainsi, aujourd’hui ce sont environ 20 000 km qui sont balisés, et la dynamique se poursuit ! La FFCT n’a pas réalisé ce genre de développement, c’est donc l’AF3V (Association Française pour le développement des Véloroutes et des Voies Vertes) qui porte ce projet visant à faciliter le voyage et la pratique de la petite reine. L’amélioration du réseau et son développement sont toujours bien d’actualité. Même si beaucoup de progrès sont à noter ces dernières années, la marge de progression reste très grande ! Aujourd’hui, quelles passerelles existent entre la FFCT et l’AF3V ? Elles sont variables suivant les régions dans la mesure où dans certains territoires, les bénévoles sont très engagés, travaillent à l’élaboration de circuits en reconnaissant et proposant des aménagements. Selon les régions, des comités sont plus actifs que d’autres car leurs territoires sont traversés par des voies vertes. Au moment de l’élaboration, des liens se mettent en place entre les personnes qui connaissent bien le terrain et peuvent proposer une continuité entre les itinéraires. N’oublions pas qu’un des principaux freins au voyage est justement ce manque de continuité entre les itinéraires… Nous avons des bénévoles dans nos structures qui sont en lien avec les délégués départementaux et régionaux de l’AF3V. Les itinéraires sont ainsi souvent le fruit d’un travail commun. Il est important de collaborer dans les différentes phases d’un projet notamment sur la préparation et promotion. Il faut encourager la collaboration entre les pratiquants, quelle que soit leur origine : AF3V, FFCT, touristes « lambdas » qui ne sont pas forcément adhérent d’une association. Tous se rejoignent autour de cette envie d’améliorer l’existant, de considérer les problématiques telles que la multiplication des chicanes qui peuvent être décourageantes lorsqu’on circule avec un tandem ou une remorque, voire source de danger. Quelquefois, celles-ci vont même d’ailleurs à l’encontre du projet initial. Nous sommes nombreux à aller voir l’existant chez nos voisins chez qui on ne retrouve pas ce type de problème le long des voies vertes… En 2001, vous avez fondé le comité de promotion du vélo qui a œuvré jusqu’en 2016. Les adhérents de l’AF3V, la FFCT et les départements cyclables sont les membres fondateurs de l’AF3V telle qu’elle existe aujourd’hui. Notre objectif ? Créer une structure permettant de se focaliser sur le développement des voies vertes. Il y a eu une période assez riche d’échanges les huit premières années puis comme souvent le manque de disponibilité des bénévoles ou les rapports entre présidences ont eu raison de la dynamique engagée. Ce comité de promotion du vélo, qui a ensuite vu le jour, regroupe toutes les associations : la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette), les départements cyclables, la FFCT, l’AF3V, UFOLEP (Union française des œuvres laïques d'éducation physique) et les Auberges de Jeunesse. Ensemble, nous avons imaginé La fête du vélo qui s’est tenue chaque année entre 2000 et 2019, remplacée à présent par l’événement Mai à vélo. Au sein de ce comité, nous travaillons sur les sujets du développement du vélo en France. Celui-ci a par exemple été initiateur de la création de la mission du délégué interministériel à la politique du vélo auprès du gouvernement. Un poste a été créé sous le 1er ministre Dominique de Villepin et occupé par Hubert Peigné de 2006 à 2011. Et depuis ? Ensuite, ce comité a été dissout et les actions communes mises en stand-by. Nous redémarrons depuis quelques mois des dossiers ensemble. Par exemple : une campagne de plaidoyer visant une meilleure prise en compte des déplacements doux, en amont des élections départementales et régionales, notamment sur l’intermodalité. L’enjeu ? Que prendre le train pour rejoindre un itinéraire balisé ne soit plus synonyme de parcours du combattant ! L’aspect sécurité reste prioritaire également sur les routes en parallèle des voies vertes pour profiter sereinement des pépites : visite de villes, étape dans les sites touristiques… Tout en prônant le respect auto-vélo avec des actions de sensibilisation en collaboration avec la sécurité routière. En savoir plus : veloenfrance.fr : circuits, grands itinéraires et tourisme à vélo Bienvenue aux Quatre vents ! - Les Quatre vents (4vents-auvergne.com)
Sophie POUILLY | le 28/07/2021
    articles de 1 à 10     
Recevez toutes nos actualités et événements

AF3V

L'association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes est une association d'usagers qui œuvre à la création d'un réseau ambitieux et cohérent d'aménagements sécurisés, accessibles et de qualité pour les déplacements en modes actifs sur l'ensemble du territoire français.

Contact

info@af3v.org

03 44 60 11 63

Copyright Ⓒ 2020 - Tous les droits sont réservés AF3V