PACA - Bouches du Rhône D’une rive à l’autre...

Cela s’est passé le samedi 12 octobre 2019

D’une rive à l’autre à vélo dans les bras du Rhône



27 cyclistes ont participé à la randonnée à vélo « D’une rive à l’autre » l’une des animations proposée par le CPIE – Rhône Pays d’Arles dans le programme de la 3ème édition de « Dans les Bras du Rhône », événement – phare de son réseau Rhône méridional.
Temps maussade au départ, devant de la gare de Tarascon (Bouches-du-Rhône), et léger crachin sur les premiers kilométres, mais le temps s’est bien vite amélioré pour la suite du parcours de 50 km au dénivelé très faible, concocté par l’AF3V. Au cours de cette escapade, étaient prévues interventions, visites, dégustations et une découverte des paysages et d’une section de la voie verte du Pont du Gard. Guidés par les accompagnateurs de l’AF3V (délégation régionale SUD et départementale Gard) et de l’association « les Amis du Pont du Gard et de sa Voie Verte », ainsi qu’Aurélien du CPIE, le groupe a commencé par la rive gauche du fleuve.

Rive gauche
A Vallabrègues, le slogan du village n’est pas le tryptique « métro-boulot-dodo », ce serait plutôt « vannier-chaisier-boucher » comme aime le préciser le maire Jean-Marie Gilles, qui nous accueille à l’Hôtel de Ville. Pour lui, les trois raisons majeures qui doivent nous conduire vers Vallabrègues sont : le Festival européen de la Vannerie les 2ème week-end d’Août (la 30ème édition a eu lieu en 2019) et le Musée de la Vannerie, l’entreprise Lacroix qui fabrique des chaises paillées qui portent l’empreinte du savoir-faire légué par une longue lignée de maîtres chaisiers et le nouveau boucher Cuadrado qui, avec la volonté de la commune, a pu perpétuer la tradition de la confection des andouillettes et du saucisson fumé après le départ à la retraite de son prédécesseur. Jean-Marie Gilles nous propose une dégustation de ces charcuteries, accompagnées de pain, vin, jus et raisins chasselas. Il est 10h et demie, mais tout le monde apprécie ce petit-déjeuner campagnard. A l’aide de la carte de Cassini (de 1750 à 1790) affichée dans la salle, Georges Sudres, historien, nous explique
comment le Rhône est venu, peu à peu, à séparer Vallabrègues de la rive droite ; la commune devenant ainsi le seul village du Gard rattaché à la terre provençale tout en restant administrativement en région Occitanie. Il nous entraîne ensuite vers l’ancien cimetière édifié sur la butte du château, sur laquelle les habitants allaient se réfugier durant les inondations.
Nous quittons l’enclave gardoise pour revenir dans les Bouches-du-Rhône à St-Pierre-de-Mézoargues qui est, avec 237 habitants, la 2ème commune la moins peuplée du département. Par de petits routes, nous rejoignons Boulbon au pied de la Montagnette, dominé par les ruines de son château fort. Ce village médiéval avec ses remparts et ses portes fortifiées mérite une visite mais nous sommes attendus à Aramon (Gard) en rive droite.

Rive droite
La traversée à vélo du Rhône sur le pont d’Aramon est plutôt délicate. Heureusement, nous arrivons sur l’itinéraire ViaRhôna (pour l’instant jalonné en provisoire). Nous sommes reçus par Laurent Boucarut, maire d’Argilliers, conseiller communautaire et vice président de Destination Pays d’ Uzès Pont du Gard, au relais fluvial des Estères, site dont l’activité portuaire a existé dès l’époque romaine et a atteint son apogée au XVIIème siècle. Nous visitons cet espace d’accueil où les bateaux de plaisance et les péniches-hôtels peuvent ancrer et profiter des sites touristiques. Des services appréciables sont programmés comme la location de bicyclettes et de vélos électriques afin de proposer une nouvelle facette du tourisme, un tourisme plus doux et itinérant pour visiter les villages de la Communauté de Communes du Pont du Gard. Nous n’aurons pas le temps de visiter le centre ancien, les façades et portes anciennes des hôtels particuliers, le château de Diane de Poitiers et son parc. Juste avant d’aller pique-niquer à l’aire naturelle de la Lône, Martine Escoffier, 2ème adjointe aux associations et élue communautaire, nous accueille avec Fabrice Imbert, directeur de la cave coopérative Aramon-Théziers pour une dégustation de cuvées, récompensées par des concours. Nous continuons sur la ViaRhôna jusqu’à Montfrin où nous accédons à la magnifique voie verte du Pont du Gard, bien équipée en bancs et tables de pique-nique, que nous suivrons sur 7 km. A la sortie du tunnel de Comps de 210 m, éclairé par des lanternes avec LED créant des jeux de couleur, le groupe se scinde, après une dernière photo.

Un groupe regagne Tarascon, accompagné par Jean-Louis Mante, délégué AF3V du Gard et une quinzaine de cyclistes courageux optent pour un détour pentu jusqu’au pic de l’aiguille (altitude 153 m) voisin de l’abbaye de St-Roman. Nous apprécions cet ancien habitat troglodytique, et la table d’orientation depuis laquelle un magnifique panorama à 360 ° s’offre sur les massifs environnants et les méandres du Rhône.

L’AF3V remercie le CPIE Rhône Pays d’Arles qui, grâce à cet événement gratuit, invite le public à (re)découvrir le Rhône en bateau, kayak, à pied ou encore à vélo le long des rives par les petites routes et voies vertes. Notre association remercie particulièrement les personnes qui nous ont reçus et Agnès Senicourt, adhérente AF3V et vice-présidente de l’association « les Amis du Pont du Gard et de sa Voie Verte » pour l’organisation des accueils sur l’itinéraire.
Le parcours en rive gauche sera proposé comme variante permettant de concevoir une boucle locale lors des prochaines consultations dans le cadre du comité d’itinéraire de la ViaRhôna.

Voir le parcours : https://umap.openstreetmap.fr/fr/map/dans-les-bras-du-rhone_342239