L’AF3V à la journée « Voirie pour tous »

Une journée d’étude bien intéressante...

"Se déplacer à vélo dans les petites et moyennes agglomérations" (…)
était la thématique abordée tout au long de la journée d’étude « Une voirie pour tous » du 10 avril, organisée à Alès (Gard) par le Cerema, la FUB et l’association « Partageons la route en Cévennes » d’Alès.
Destinée à favoriser les échanges d’expériences, notamment entre élus, techniciens de l’État et des collectivités territoriales ainsi que les membres des réseaux associatifs, cette journée était animée par plusieurs intervenants parmi lesquels, Geneviève Laferrère, présidente de la FUB et Pierre Toulouse, adjoint au coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo (CIDUV, ministère de l’Ecologie).

Conditions de réussite : une expertise de l’AF3V
_Aux côtés de Francis Mons, président de l’AF3V, Alain Michel de l’Aprovel, délégué AF3V Paca, présentait quelques bons et mauvais exemples de réalisations d’itinéraires cyclables en traversée d’agglomérations de Paca et Languedoc-Roussillon. A partir des contributions des associations de cyclistes du réseau AF3V des deux régions, il exprimait les attentes des cyclistes pour des aménagements de qualité favorisant les déplacements utilitaires et de loisirs dans de bonnes conditions de sécurité, de commodité et de confort.

Cette intervention faisait suite à la présentation de Sébastien Baholet, chargé de mission vélo au Conseil régional Paca, sur la connexion et la traversée des agglomérations, thème considéré comme axe prioritaire du schéma régional des véloroutes et voies vertes (en cours de révision) de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans cette région où 30% du linéaire se situera en milieu urbain, les enjeux pour les déplacements des touristes et des résidents sont importants et les villes devront être associées aux réflexions en contribuant au volet urbain du futur schéma.

Alain Michel terminait par un diagnostic sur les trajets à vélo en ville, facilités par les double-sens cyclables (DSC)dans les zones de circulation apaisée, en décrivant l’exemple de Salon, ville de taille comparable à Alès.

Zones de circulation apaisées

Au cours de la matinée, ce thème avait fait l’objet d’une séquence réservée aux apports techniques etréglementaires avec un retour d’expériences proposé par Jérome Cassagnes du Cerema Méditerranée. Il venait à point après la présentation du représentant du ministère sur l’état d’avancement du plan d’actions pour lesmobilités actives (Pama) initié par l’Etat, dont l’une des 25 mesures votées l’an dernier, a pour objectif de favoriser l’extension des zones de circulation apaisée et généraliser le double sens cyclable dans les rues où la
vitesse est limitée à 30 km/h. Pour les techniciens de l’Etat et les représentants des associations, ces réalisations posent des questions de cohabitation entre usagers, d’acceptation des changements d’usage donc des
habitudes. Ces dispositions, prises pour encadrer le partage de la voirie, visent à modifier durablement le comportement de l’ensemble des usagers, modelant ainsi la mobilité de demain.

Lors du temps réservé aux questions/réponses, les échanges fructueux ont démontré un vif intérêt des participants.

Accès à toutes les présentations de cette journée sur le site voiriepourtous