[() Entête ]
Accueil du site > Actualités > Actualités > Revue de presse et du Web

Retombées écononomiques sur le voie verte Trans-Ardennes

Article paru dans l’Union, en 2013
ARDENNES.
En un an, la Voie verte a rassemblé 168 000 visiteurs et se positionne désormais comme le site rassemblant le plus de visiteurs dans le département.

LE conseil général, la CCI et le comité départemental de tourisme ont mené une analyse de la fréquentation et des retombées de la Voie verte sur l’activité locale. Pour cela, elle a installé, du 21 mars au 20 novembre 2012, quatre éco compteurs à Montcy-Notre-Dame, Bogny-sur-Meuse, Haybes et Givet pour recenser le nombre de piétons, cyclistes et rollers déambulant le long de la Transardennaise entre Charleville-Mézières et Givet.
900 questionnaires ont permis d’en savoir un peu plus sur la carte d’identité des utilisateurs ainsi que sur la nature de leurs dépenses et leurs impressions envers cet équipement.
Profil des utilisateurs. - Sur les 147 000 usagers fréquentant ce lieu, les hommes sont majoritaires (62 %), avec un âge moyen de 48 ans. Un utilisateur sur deux est soit employé, soit retraité. 42 % des usagers de la Voie verte sont des cyclistes de loisirs, accompagnés pour un quart d’entre eux, d’enfants.

Deux tiers d’Ardennais. - L’aire d’attraction globale montre qu’elle est utilisée par 66,1 % d’autochtones, 18,2 % d’étrangers (dont les 3/4 sont des Belges) et 15,7 % d’autres départements français. Et, notamment la Marne (6,3 %), le Nord - Pas-de-Calais (4,3 %), d’Ile-de-France (1,8 %), la Picardie (1,7 %) et la Lorraine (1,3 %).
Chez les étrangers, la palme revient aux Belges (72,3 %), plus nombreux que les Hollandais (15,7 %), les Allemands (4,5 %), les Anglais (3,9 %) et nos voisins luxembourgeois (0,6 %). Les résidents des communes traversées par la Voie verte sont devenus au fil du temps des habitués de l’endroit.

Une majorité de cyclistes. - Deux tiers des utilisateurs (95 400 personnes) sont des cyclistes. Le reste des personnes recensées sont des piétons (28,5 %), des rollers (6,9 %) et des joggers (5,2 %). 2, 2 % des « sondés » sont aussi pêcheurs, loueurs de Rosalies, adeptes de la trottinette ou cavaliers.
Dans le rang des cyclistes, la catégorie des cyclistes loisirs est la plus importante (42 %) devant les sportifs (10,5 %), les itinérants (3 %) et les utilitaires (1,7 %).
Retombées économiques. - Celles-ci se chiffrent dasn une fourchette de 4,3 et 7,5 millions d’euros. 1,8 à 3,1 millions euros profitent aux structures d’hébergement : hôtels (16,9 %), gîtes et chambres d’hôtes (18,3 %), camping-car (27,2 %) et camping (20,2 %).

1,4 à 2,5 millions d’euros sont injectés dans les restaurants et commerces alimentaires avec une fréquentation quasiment équivalente : 19,1 % pour les premiers et 18,4 % pour les seconds. Lors de leur déplacement le long de la Meuse, ceux qui empruntent le sillon bitumeux effectuent également des visites de villes, de musées, de châteaux ou se consacrent à des activités sportives.
Des dépenses chiffrées entre 1,1 à 1,9 million d’euros. Avec 44 euros par jour et par groupe de dépenses touristiques consacrées aux visites et aux souvenirs ou aux activités et 77 euros pour les dépenses en alimentation en hébergement. Si l’on considère l’apport des touristes venus spécialement pour la Voie verte, les retombées s’élèvent entre 2,8 M€ et 4,9 M€. Globalement, les utilisateurs apprécient la Voie Verte pour la qualité de ses paysages et son environnement, sa facilité d’accès ou encore son caractère sécurisé. 96,4 % d’entre eux la conseilleraient à leur entourage.
Hit-parade. - Les secteurs géographiques les plus fréquentés sont Montcy-Notre-Dame (48,4 %) et Bogny-sur-Meuse (20 %) devant Givet (17,5 %) et Haybes (14,1 %).
Cette enquête démontre que la Voie Verte, lancée en 2008, s’inscrit, toutes proportions gardées, dans la lignée d’équipements phares comme La Loire à Vélo ou Le Tour de Bourgogne à Vélo, créés en 1995 et 1997.