Accueil du site > Les VVV de France > Carte nationale interactive > Fiche VVV

Voie Verte de l'estuaire de la Gironde

 



Type de la voie : Voie Verte

Nature de la voie : Sentier

Localisation : de Port de Vitrezay (Saint-Sorlin-de-Conac) à Port-Maubert (Saint-Fort-sur-Gironde)

Longueur : 16 Km

Département, Région : Charente-Maritime (Poitou-Charentes)

Villes traversées (ou très proches) : Port de Vitrezay (Saint-Sorlin-de-Conac), Port-Conac (Saint-Sorlin-de-Conac), Charron (Saint-Sorlin-de-Conac), Saint-Thomas-de-Conac, Port-Maubert (Saint-Fort-sur-Gironde),

Activités possibles :

Course à pied
Equitation
Marche
Vélo tout chemin VTC
Vélo tout terrain VTT

Revêtement : Stabilisé bien roulant

Résumé / Descriptif :

Cette Voie Verte est un « chemin blanc » en calcaire concassé qui longe l’estuaire de la Gironde entre Vitrezay (Pôle nature) et Port Maubert. Le début, au bord du fleuve, est magnifique, avec les points de pêche au carrelet. La Voie Verte traverse ensuite les marais, et se termine au petit port de Port-Maubert.

 

 

 

 

 

Carte

© AF3V - Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation

Voir en plein écran

 

Situation
Cette Voie Verte était en cours de réalisation en 2004-2005. L’aménagement de ce « chemin blanc » semble lié à au développement de la zone naturelle de Vitrezay, où des équipements d’accueil du public sont en train d’être créés.
Cette voie propose des aménagements sommaires, et un parcours central un peu banal, mais elle permet de découvrir des vues magnifiques sur l’estuaire de la Gironde, aux deux extrémités du parcours. C’est cet attrait « paysager » qui justifie sa présence dans cette base de données.
Caractéristiques techniques
Ce chemin constitue une véritable Voie Verte car il est interdit à la circulation motorisée, par des barrières ou poteaux en bois posés aux différents accès.
Le revêtement est un sable stabilisé de bonne qualité, de couleur blanche. Ce « chemin blanc » a été créé avec une largeur de 3 mètres, mais, en 2004, par manque d’entretien, les plantes et les fleurs gagnent et réduisent parfois la bande utilisable à un mètre.
Aucune signalisation n’est posée. Aucun service proposé : pas de tables, bancs et poubelles, pas de point d’eau,… sauf à Port-Maubert où l’on trouve au bureau du port de l’eau potable et des toilettes. Port Vitrezay offrira sans doute, dans un an, des services.
Aucun village traversé, platitude absolue, absence d’ombre (pas de plantations), mais brise marine fréquente, même par forte chaleur.
Le parcours
Accès depuis Saint-Sorlin village (6km) : Situation en Octobre 2004- Le départ peut se faire devant l’église du village de Saint-Sorlin (jolie église romane), d’où l’on peut rejoindre Port-Conac par de jolis chemins tranquilles dans les marais, ce qui rallonge la balade de 6km.
Pour cela, redescendre sur la D145 au carrefour situé à l’entrée sud du village, et prendre en face la route Charon qui va vers la mer. À 1km environ, après le pont, prendre en face le Chemin de la Parisienne (perpendiculaire à la route Charon), et 1km après, à droite, la Route de Conac. Après 4km environ vous arrivez à Port-Conac, début actuel de la Voie Verte.
Autre solution : depuis la D145, en venant de Bordeaux, tournez à gauche sur la route de Conac (D148).
La Voie Verte commence aujourd’hui à Port-Conac, lieu magique au bord de la Gironde : aucune maison, les marais qui s’arrêtent net au bord de la Gironde, vraie mer intérieure, et une vingtaine de points de pêche au carrelet : longues passerelles perchées à 10m au-dessus de la vase, ou de l’eau (à marée haute), avec, à la proue, leur cabane de pêche sur pilotis, et le carrelet suspendu, filet carré de 15m sur 15m, destiné à être descendu dans l’eau, puis remonté brusquement…
Prenez à droite le chemin étroit sur la digue, c’est la Voie Verte. Les deux premiers kilomètres, sur cette digue sauvage, en plein soleil, entre terre -de marais- et eau, sont magiques : vues sur l’estuaire de la Gironde, barques, voiliers et gros bateaux navigants, soleil levant ou soleil couchant,…
Après 2km, le chemin blanc descend de la digue sur la route Charon, puis continue à gauche dans la plaine des marais, cultivée : on traverse de vastes étendues de prairies, de champs de blé et de maïs, mais avec de nombreux fossés et canaux, remplis de poissons, qui rappellent la nature des lieux. Au loin à droite, on aperçoit les premières collines couvertes de vignes (crus des Côtes de Blaye).
Après s’être rapproché de l’estuaire au port Saint-Thomas, le chemin continue, assez loin à l’intérieur du marais. Cette partie centrale, longue de 8km, peut paraître monotone, car elle est linéaire, et en plein soleil. Mais on a d’agréables surprises en observant la vie sauvage (cf. les hérons immobiles), et les pêcheurs locaux. Au printemps, les fleurs jaunes dominent, et encadrent parfois le chemin : boutons d’or, colza, iris sauvages… Le GR360 suit une bonne partie de ce parcours dans le marais.
À 11km de Port-Conac, le chemin s’arrête à la D247. Il suffit de prendre à gauche la petite : Route de l’ancien port. Elle vous ramène à la digue, et le chemin blanc reprend vers la droite : il est aménagé, avec trois passerelles sur les fossés, et offre des vues sur la Gironde. Il mène à Port-Maubert.
Port-Maubert est un tout petit port, agréable, avec des coins ombragés pour s’arrêter, bar, restaurant, point d’eau et toilettes (au bureau du port).
En conclusion
Voilà une Voie Verte qui offre des équipements réduits au strict minimum : un chemin bien protégé, et rien d’autre. Par contre elle offre la traversée d’un site magnifique, surtout aux deux extrémités : pour la qualité des paysages, cette Voie Verte est « maximale » !
Projets de prolongation (fin 2004)
La Voie Verte doit être prolongée au sud de 2km, jusqu’au Port de Vitrezay, où une zone naturelle est en cours d’aménagement. Ce « Pôle nature », qui ouvrira en Mai 2005 à proximité de ce petit port,, comprendra un plan d’eau de 21 hectares, halte importante pour l’avifaune migratrice, et il permettra la pratique et la découverte de la pêche (plus construction d’un restaurant).
Un chemin en terre, déjà accessible à pied ou en VT, relie le Port de Vitrezay à Port-Conac. Son aménagement en « chemin blanc » est programmé pour l’automne 2004. Début 2005 la Voie Verte commencera donc au Port de Vitrezay.
Pour accéder au Port de Vitrezay, on peut quitter la D148 à Saint Bonnet-sur-Gironde, et prendre à gauche la D149. Ou prendre l’accès indiqué précédemment pour Port-Conac, dès qu’on est sur la route de Conac, prendre un chemin sur la gauche.

Dernière mise à jour: le 11 décembre 2008.

© AF3V - tous droits réservés Reproduction interdite sans autorisation


Photos AF3V


Sauvage
J.Savary

Marais asséché
J.Savary

Photos des usagers


Début
Is. Lesens

A droite ou à gauche ?
Is. Lesens

Vieux panneaux ...
Is. Lesens

Vive l'Europe !
Is. Lesens

Agréable, mais attention! (29/06/2015)
""de Port de Vitrezay à Charron, la Voie Verte s'est transformée en sentier de 20 à 50 cm de large, assez roulant cependant, mais entouré d'herbe (fauchée en juin 2015); pas de pb à pied ou en VTT, voire même en VTC; à exclure pour les remorques. Superbes vues sur les cabanes de pécheurs au carrelet. Bar, restaurant et hôtel à Port-Maubert (L'écluse 0546491815)et aussi à Port de Vitrezay (Le Vitrezay 0546864758), à côté du Pôle Nature." JMM "
JM Michard

A faire ! (18/08/2014)
"Voie verte impraticable à vélo il y a trois ans, retentée cette année avec succès : en effet, le chemin a été dégagé, même si les herbes chatouillent un peu les mollets par endroits ! Attention, à Port Charron, ne pas suivre sur la droite le marquage "Rives de Gironde" accompagné du pictogramme "vélo vert" car il vous fait emprunter la route, parallèle au chemin, mais autorisée aux voitures, donc bien rester sur le chemin qui longe l'estuaire. Très belle ballade en pleine nature, on ne croise quasiment pas de route, seules quelques voitures de pêcheurs stationnent le long du canal. A déconseiller une journée de grosse chaleur car il n'y a pas d'ombre du tout. Les portions avec vue sur l'estuaire sont magnifiques et Port Maubert est un charmant village pour une pause avant le retour. "
Marie Kaczor

impraticable ! (15/05/2011)
"A ce jour, l'accès à ce chemin est "temporairement" interdit au public (panneaux à l'appui), il semblerait qu'il soit en trop mauvais état, même pour le cheminement à pied. Espérons que les communes concernées le remettent en état rapidement, d'autant qu'il est à proximité du "Pôle Nature" de Vitrezay, qui accueille bon nombre de touristes. "
Marie Kaczor

A déclasser ! (10/06/2009)
"Aujourd'hui il s'agit d'un vague sentier caillouteux, indigne, en bordure d'une petite route qui va très bien. Pas de fléchage, même au départ de Port Maubert (il faut passer le pont, et aller là où il semble qu'il n'y ait rien.) "
Is. Lesens

 

Guide / Carte
De la Loire à la Gironde à vélo . Vélo Guide par Michel Bonduelle. Ed. 2012. Editions Ouest-France. 144 pages. Prix : 14,20 euros.
Permet de randonner sur l'itinéraire cyclable continu créé le long de l'Océan Atlantique, et jalonné comme la « Vélodyssée » (Eurovéloroute n°1) entre Nantes et Royan.
Utile pour le tronçon de la Loire à vélo entre Nantes et St-Brévin, pour la Véloroute Vélocéan Sud Loire en Loire-Atlantique, pour les pistes cyclables côtières en Vendée jusqu'à Marans, pour l'itinéraire cyclable littoral en Charente-Maritime (La Rochelle-Rochefort-Royan).
Décrit aussi les réseaux cyclables de l'île de Ré et l'île d'Oléron, et une escapade entre Royan et Vitrezay le long de l'estuaire de la Gironde.
Le Guide propose 11 étapes faciles (de 20 à 50km) et 5 escapades, toutes plates. Presque tous les tronçons sont sur des voies vertes (en site propre).
Ce guide très pratique (format à lecture à l'horizontale, à spirales), contient 25 cartes assez précises, avec les distances, et une présentation attractive des points d'intérêts : belles photos et textes vifs, écrits par un journaliste : Michel Bonduelle.
Nombreuses adresses utiles : offices de tourisme, sites, châteaux et monuments historiques, loueurs de vélos, et une sélection complète d'hébergements (liste non exhaustive).
Voir en librairie et kiosques et : www.editionsouestfrance.fr (voir rubrique : Tourisme).